Tour d’Italie

Boem surprend, Porte malchanceux et Houle en soutien

Montréal, 19 mai 2015 – L’Italien Nicola Boem et ses compagnons d’échappée ont étonné mardi en ayant le dernier mot sur le peloton à la 10e étape du Tour d’Italie, alors que Richie Porte a joué de malchance et que Hugo Houle a soutenu son coéquipier Carlos Betancur.

Nicola Boem (Bardiani-CSF) s’est imposé en un temps de 4 h 26 min 16 s au terme des 200 kilomètres de la course disputée entre Civitanova Marche et Forli. Il a devancé au sprint son compatriote Matteo Busato (Southeast). Deux autres Italiens, Alessandro Malaguti (Nippo – Vini Fantini) et Alan Marangoni (Cannondale-Garmin), ont respectivement terminé troisième et quatrième, à 2 et 4 secondes.

Les 54 cyclistes suivants ont fini avec 18 secondes de retard. De ce groupe, il y avait notamment l’Italien Fabio Aru (Astana), 20e, l’Espagnol Alberto Contador (Tinkoff-Saxo), 31e, et le Colombien Carlos Betancur (AG2R La Mondiale), 35e.

« C’est un peu la surprise de la journée, les équipes de sprinteurs se sont fait déjouer, a souligné Houle. La configuration de l’arrivée a joué un peu en faveur de l’échappée. Avec le vent de dos et les nombreux virages, les équipes se sont fait piéger. Ça fait partie des beautés de notre sport. »

L’athlète de Sainte-Perpétue, qui a terminé 113e dans un groupe de 47 coureurs en recul de 42 secondes, a pour sa part aidé Betancur. « Mon rôle était surtout de garder Carlos dans le même temps que les leaders. J’ai roulé pour lui, pour qu’il soit bien placé avant les trois derniers kilomètres. »

Au général, Contador a gardé son maillot rose de meneur et Aru est resté deuxième à 3 secondes.

Quant à l’Australien Richie Porte (Sky), déjà distancé de 47 secondes par Contador mardi en raison d’une crevaison en fin d’épreuve, il a en plus été sanctionné de deux minutes pour changement de roue illégal avec un membre d’une autre équipe, ici l’Australien Simon Clarke (Orica GreenEdge). Il est du coup passé du 3e au 12e rang, en retard de 3 minute et 9 secondes.

« Ç’a été une journée relativement tranquille, alors que nous avions un vent de dos. Ç’a roulé très vite. Dans le final, c’était un peu plus tendu, parce qu’il y avait beaucoup de virages », a résumé Houle, content d’être de retour sur son vélo après une journée de repos. « La course n’est pas partie trop fort, alors nous avons eu le temps de remettre le moteur en route. »

Mercredi, la 11e étape en sera une de moyenne montagne, avec trois montées catégorisées et 153 kilomètres entre Forli et Imola.

« Il va y avoir de belles occasions, a avancé le Québécois. Après, je vais rester sage jusqu’au contre-la-montre (de samedi). »

Rédaction : Éric Gaudette-Brodeur

TOUTES les nouvelles de vélo de Sportcom
2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002


page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive