Jeux olympiques d’Athènes

Médaille d’argent pour Marie-Hélène Prémont !

Montréal, 27 août 2004 – Marie-Hélène Prémont a remporté la médaille d’argent à l’épreuve de vélo de montagne (cross-country), vendredi, aux Jeux olympiques d’Athènes. Régulière comme une horloge depuis le début de la saison en Coupe du monde avec deux médailles d’argent en poche, la Québécoise a occupé le deuxième rang pendant presque toute la durée de l’épreuve, franchissant l’arrivée avec 59 secondes de retard sur la gagnante.

La Norvégienne Gunn-Rita Dahle, invaincue cette saison en Coupe du monde, a mérité l’or, tandis que l’Allemande et championne du monde en titre, Sabine Spitz, a complété le podium. La Canadienne Alison Sydor quatrième a pris le quatrième rang.

« Dès le départ, je voulais partir rapidement et essayer de garder le rythme élevé tout au long de la course. Je me sentais comme à un départ de Coupe du monde. Je n’ai pas eu de gros stress depuis que je suis ici. Tout était parfait ! » a commenté la médaillée d’argent en entrevue à Sportcom et qui était visiblement radieuse au bout du fil.

À sa première participation olympique, l’athlète de Château-Richer, en banlieue de Québec, n’était pas plus stressée qu’à l’habitude : « Une course, c’est une course. Je me suis dit : « Amuse-toi Marie. Je fais du vélo parce que j’aime ça ». Oui, ce sont les Jeux olympiques et je me suis préparée en fonction de cela, mais ça reste une course de vélo de montagne. »

Contrairement à la gagnante, Prémont n’a pas connu de problème mécanique. « Mon vélo était parfait ! Le mécano de l’équipe nationale et mon mécano personnel étaient présents, ce qui a aidé. Durant la course, ce que j’avais en tête, c’était de boire. Je devais également rester concentrée, car je suis tombée deux fois à l’entraînement plus tôt cette semaine. Rien de majeur, mais je ne voulais pas que ça se produise durant la course. La moindre petite inattention pouvait me faire chuter », a commenté l’athlète qui est entraînée par Michel LeBlanc.

Ce n’est qu’à la fin du dernier tour que la cycliste de 26 ans a commencé à se convaincre qu’elle était sur le point de remporter une médaille.

« Je savais qu’il n’y avait pas grand-chose qui pouvait m’empêcher de monter sur le podium, alors j’ai commencé à y penser et j’ai ressenti des émotions avant de franchir l’arrivée. C’est certain que j’aurais aimé l’avoir la médaille d’or, mais elle (Dahle) domine depuis le début de la saison et cette médaille lui revient », a indiqué la Québécoise, qui s’est empressée d’aller féliciter la gagnante après la course.

« Marie-Hélène Prémont, médaillée olympique. Qu’est-ce que ça va changer ? », lui a-t-on demandé.

« Avant d’être une cycliste, je suis moi-même et c’est sûr que je vais rester moi-même. Ça ne changera pas et je ne vais pas m’enfler la tête ! J’espère que ça va donner la chance aux jeunes de rêver que c’est aussi possible pour eux.. je n’ai pas eu le temps de penser à ça », a-t-elle ajouté, un peu gênée, mais tout de même très fière de son exploit.

Prémont devient la première athlète du Québec à mériter une médaille olympique en cyclisme.

Rédaction : Mathieu Laberge


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive