Tour du Grand Montréal

Arndt gagnante du tour, Bessette termine troisième

Montréal, le 2 juin 2004 - L’Allemande Judith Arndt (Nürnberger Versicherung) a remporté mercredi la troisième édition du Tour cycliste du Grand Montréal. La détentrice du maillot de meneuse avant l’étape finale de Terrebonne (80 kilomètres) a su protéger sa mince avance de 11 secondes pour se sauver avec la victoire. Anita Valen termine deuxième et Lyne Bessette, avec des gains de 3 secondes en bonification lors de sprints intermédiaires, a consolidé sa troisième place.

L’Allemande, Regina Schleicher (Safi-Pasta Zara Manhattan) a mérité la victoire d’étape devant la Norvégienne Anita Valen (S.A.T.S.), qui du même coup, assurait sa deuxième place au général avec la bonification de 6 secondes rattachée à la deuxième place de l’étape.

En entrevue d’après-course, Bessette a souligné ne pas avoir apprécié le comportement de Valen dans le peloton. « Dans les virages elle arrive et elle te coupe carré. Elle prend des risques très inutiles » L’étape a d’ailleurs été marquée par quelques chutes.

« Notre stratégie était d’y aller pour les bonifications et de remonter au général. Cela a quand même bien été. Je ne sprinte pas souvent, mais ce soir, j’en ai fait de pas pires. À la fin, ça jouait du coude. Avec les courbes, s’il avait plu, j’aurais eu peur. »

Le scénario des années précédentes s’est répété mercredi soir : la victoire finale du Tour du Grand Montréal s’est décidée dans les sprints de bonification de l’étape. L’Estrienne a expliqué cette situation ainsi : « Je pense que c’est parce que les filles sont de plus en plus fortes. Il y a plus de filles qui peuvent gagner. Quand les équipes sont plus équilibrées, c’est ce que ça fait. »

Alors qu’elle était au contrôle antidopage, Judith Arndt n’était pas disponible pour accorder des entrevues. Cependant, sa coéquipière Petra Rossner, détentrice du maillot jaune à l’issue de la première journée, s’est fait la porte-parole de l’équipe allemande.

« Anita Valen était celle que nous devions surveiller. Mon rôle était de m’assurer qu’elle ne mette pas la main sur les secondes de bonification », a souligné la gagnante du critérium de la petite Italie. « Nous n’étions que trois coéquipières et c’était très difficile. Nous avons donné tout ce que nous avions. Nous sommes vidées, mais très fières de voir que nous avons réussi ».

Ennuyée par une grippe qui lui a été refilée par sa coéquipière Jessica Phillips, non-partante mercredi, Rossner a également annoncé qu’elle prendrait sa retraite à la fin de la saison.

Geneviève Jeanson n’avait pas tellement d’attentes pour cette dernière étape. « Il n’y a pas vraiment grand-chose à faire sur ce circuit-là. C’est tellement rapide. On a chassé, on a fait quelques tentatives, mais on a pris ça plus relax. »

« Après la Coupe du monde, je me suis sentie émotionnellement vidée », a-t-elle analysée en commentant ses derniers jours de compétition en sol québécois. « Je suis déçue de ma performance au Tour du Grand Montréal. J’aurais pu être plus compétitive, mais en même temps, c’est comme si je finissais une grosse semaine d’examens. »

La Lachinoise compte passer ses prochains entraînements à parfaire son effort au contre-la-montre en prévision des prochains championnats canadiens.

Rédaction : Mathieu Laberge


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive