Coupe du monde de Montréal

Geneviève Jeanson remporte son troisième titre à Montréal

Montréal, le 29 mai 2004 — Après des derniers jours tourmentés, Geneviève Jeanson (Rona) a mis un baume sur ses récents problèmes, samedi, en remportant la Coupe du monde cycliste de Montréal pour la troisième fois de sa carrière. Au sprint final, l’athlète originaire de Lachine a devancé l’Allemande Judith Arndt (Nurnberger Versicherung) et l’Australienne Olivia Gollan (équipe nationale australienne).

Dans le coup jusqu’à la dernière partie de la montée Camilien-Houde, Lyne Bessette (Quark) a pris le dixième rang à 10 secondes de Jeanson. Chez les autres Québécoises, Manon Jutras (S.A.T.S.) et Audrey Lemieux (Quark) ont respectivement terminé en 23e (à 1m 11s) et 41e (à 3m 54s) place.

En débarquant de sa monture, Jeanson a exprimé sa joie en sautant dans les bras de ses équipières. Quelques instants plus tard, c’était au tour de Erin Willock de se frayer un chemin entre les nombreux cameramen pour aller féliciter sa leader.

« Je ne peux pas vous mentir, j’ai trouvé ça « tough » mon début de saison et encore cette semaine. Jeudi (à la conférence de presse), j’étais encore un peu mélangée. Cette année, c’est particulièrement incroyable », a commenté Jeanson, qui avec sa victoire, assure son troisième et dernier critère de sélection du Comité olympique canadien pour les Jeux d’Athènes. « Je savais que la possibilité (de victoire) était là, surtout au dernier tour, mais je n’étais pas sûre de gagner. À Montréal, il faut vraiment être dans une bonne journée. »

La course a été ponctuée de quelques attaques qui sont allées chercher tout au plus une vingtaine de secondes. L’Almatoise Audrey Lemieux a tenté sa chance aux huitième et neuvième des douze tours, mais les Rona, Erin Willock en tête, ont rétréci les écarts à chaque occasion. L’issue de la course allait finalement se décider dans l’ascension finale du Mont-Royal, comme ce fut le cas l’an dernier.

Avec 400 mètres à faire, Lyne Bessette a essayé de s’échapper. « Je me sentais bien, j’avais le goût d’attaquer et il fallait tenter quelque chose. J’ai finalement crampé du côté gauche. Ce n’est pas grave », a expliqué celle qui a été victime d’une crevaison au septième tour, mais qui a pu revenir dans le peloton sans trop de difficulté.

« Je savais que je devais attendre à la dernière minute, a expliqué Jeanson. Quand j’ai vu Lyne attaquer, j’ai dû la suivre et partir au dernier moment. J’ai décollé à la pancarte du 200 mètres à faire. »

« Nous avons parfaitement travaillé ensemble. Toutes les filles ont fait leur travail. Je me sentais bien », a indiqué Willock, qui a protégé Jeanson en fin de course.

Quant à Manon Jutras, troisième Québécoise du jour, elle a avoué avoir manqué d’énergie en fin de course : « Je me sentais bien, mais c’est la 11e montée qui a fait mal. Le peloton s’est étiré et à 200 mètres du sommet, j’ai manqué de jus. »

La porte-couleurs de l’équipe danoise a tant bien que mal tenté de rattraper le groupe de tête, mais sans succès. Le vent de face sur la descente de la rue Côte-des-neiges a contrecarré les plans « Nous avions le peloton en point de mire… », a laissé tombé Jutras.

À sa première participation à une Coupe du monde, Audrey Lemieux a créé une forte impression. « Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. J’ai attaqué quand Lyne (Bessette) m’a demandé de le faire alors je me suis dit : « Let’s go, on fonce ! » L’adrénaline que l’on ressent quand on monte et que tout le monde nous encourage, c’est super le fun ! »

Sélection olympique
Au cours des prochaines semaines, l’Association cycliste canadienne devra choisir quels noms elle soumettra au Comité olympique canadien en vue de la formation de l’équipe pour la course sur route. Pour quatre coureuses, Lyne Bessette, Geneviève Jeanson. Manon Jutras et Sue Palmer-Komar, trois places sont disponibles.

Lyne Bessette est celle qui est présentement en meilleure position pour obtenir sa qualification officielle en vertu de son classement international (10e en date du 1er mai). En effet, la meilleure Canadienne au classement du dernier classement de l’Union cycliste internationale avant le 11 juillet sera automatiquement sélectionnée. Les deux autres choix seront laissés à la discrétion du comité de l’Association cycliste canadienne.

« Je fais confiance à l’ACC et je sais qu’ils vont faire les bons choix », a souligné Bessette, qui vise à consolider sa première place canadienne au classement mondial.

Du côté de Jeanson, elle sait que les choses ne sont plus entre ses mains : « Je ne peux rien faire de plus. Il y a des choses que je ne contrôle pas. La seule chose que je contrôle, c’est l’effort que je mets sur mes pédales. Je dois avoir de bonnes performances aux championnats canadiens. »

« L’ACC doit s’interroger à savoir quel genre d’équipe ils veulent envoyer à Athènes », a pour sa part indiqué Jutras. « L’ACC sait quel genre de coéquipière je peux être et si c’est ce dont ils ont besoin pour former l’équipe, je répondrai à l’appel. »

Les cyclistes seront de retour en action lundi midi, à Lachine, pour le prologue du Tour du Grand Montréal.

Rédaction : Mathieu Laberge


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive