Cyclisme sur piste - Championnat du monde

Martin Gilbert, 10e au monde de la course « scratch »

Montréal, le 28 mai 2004 — Martin Gilbert a pris le dixième rang de la course « scratch » des championnats du monde sur piste disputés à Melbourne, en Australie. La course « scratch » est une épreuve où 24 coureurs s’élancent sur la piste et où, tout comme dans le cas des courses sur route, le premier cycliste à franchir l’arrivée est déclaré vainqueur.

Le Néo-Zélandais Greg Henderson a remporté le titre mondial de l’épreuve de 20 km, soit 80 tours de la piste de 250 mètres. Robert Slippens, des Pays-Bas, et Walter Perez, de l’Argentine, ont respectivement décroché les médailles d’argent et de bronze.

« Je suis très content. Cela a été une journée satisfaisante, a indiqué Gilbert en entrevue à Sportcom. Cela a été une belle course, malgré le fait qu’elle fut très difficile. Une dixième place au championnat du monde, c’est excellent ! »

Gilbert et les autres coureurs avaient toutefois eu une mauvaise surprise en début de journée, quand on les a informés qu’il y aurait une course de qualification.

« L’Union cycliste internationale avait mal fait son calcul, quant aux nombres de coureurs. Au championnat du monde, il ne devait y avoir qu’une seule course, qui est la finale, regroupant 24 coureurs. Ce matin, ils se sont rendu compte qu’il y avait 27 coureurs qui avaient le droit légitime de participer à la course. Ils ont donc dû procéder à une qualification, pour éliminer trois coureurs », a expliqué le cycliste de 21 ans, originaire de Châteauguay.

Cette qualification a bien failli être fatale pour le Québécois, qui a pris le 12e rang de sa vague éliminatoire, soit la dernière place donnant droit à un laissez-passer pour la finale. « Je trouvais cette situation plus ou moins intéressante, car c’est toujours en qualification que j’ai de la misère. Heureusement, je me suis qualifié de justesse. La différence en qualification est que la course est plus courte et le rythme est très lent. Les coureurs font seulement un sprint à l’arrivée. Tandis qu’en finale, je suis mieux armé pour le sprint, lorsque le peloton est fatigué après 80 tours de piste.

Malgré son très bon résultat, Gilbert doit tout de même faire une croix sur une participation aux Jeux olympiques d’Athènes.

« Malheureusement, la course scratch n’est pas une épreuve olympique. Notre objectif sur la piste (en compagnie de son partenaire Alexandre Cloutier) était de mettre tous nos efforts sur la Madison, une épreuve en équipe de deux, mais nous n’avons pu nous qualifier pour les championnats du monde, qui auraient pu nous mener aux Olympiques. La course d’aujourd’hui n’a pas vraiment de répercussion sur l’avenir, si ce n’est de me motiver! J’ai vu que j’étais de calibre international et cela m’encourage à en vouloir plus pour l’année prochaine », a conclu celui qui troquera maintenant son vélo de piste pour celui de route, alors qu’il prendra part au Grand Prix cycliste de Beauce au mois de juin.

Rédaction : Christian Jutras


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive