Cyclisme sur piste – Coupe du monde de Manchester

Cloutier et Gilbert ratent des points de justesse

Montréal, le 10 avril 2004 - Alexandre Cloutier et Martin Gilbert ont connu leur meilleure course à l’américaine (ou Madison) de la saison en prenant le onzième rang, samedi, à la Coupe du monde de cyclisme sur piste présentée à Manchester, en Angleterre. Avec une récolte de trois points durant l’épreuve, la paire québécoise a couru cette Madison de 40 kilomètres à une vitesse moyenne de 54,015 km/h. Malgré cette prestation, Cloutier et Gilbert ratent de précieux points de Coupe du monde car ils ne sont accordés qu’aux dix premières équipes.

Les Tchèques Martin Blaha et Petr Lazar (12 points) ont mérité l’or suivi des Ukrainiens Volodymyr Rybin et Vasyl Yakovlev (11 points) et des Slovaques Martin Liska et Jozef Zabka (10 points).

« C’était la course la plus rapide que nous avons faite jusqu’à maintenant », a commenté Martin Gilbert, satisfait de sa prestation, mais déçu de n’avoir pu marquer des points au classement cumulatif du circuit. « Nous avons fait une bonne course en terminant deuxièmes à un sprint intermédiaire et septièmes au sprint final. Nous nous sommes promenés un peu partout dans le peloton et nous avons souffert pas mal! »

« Le calibre des autres coureurs monte tout le temps, mais nous aussi on s’améliore. C’est la première fois que ma forme est au rendez-vous pour la finale. C’est seulement dommage que ça commence à débloquer maintenant », croit pour sa part Alexandre Cloutier qui avait des sentiments partagés après la course. « Si on décide d’aller à la Coupe du monde de Sydney, ça sera tout ou rien. »

Avec encore une étape de Coupe du monde à faire avant les championnats du monde, le duo québécois devra terminer dans les 16 premiers du classement cumulatif pour espérer participer aux Mondiaux et obtenir une place dans les 8 premiers, ce qui leur assurerait une qualification olympique.

« Nous allons analyser les classements et prendre les décisions en conséquence, a analysé Gilbert. Notre forme est meilleure avec le temps. Et en plus, nous allons pouvoir rouler sur la piste de Bromont ce qui sera propice pour faire de bons entraînements. »

Les progrès des Québécois sont également notables selon l’entraîneur Éric Van den Eynde : « On progresse du mieux qu’on peut, mais on ne peut pas acheter la forme qu’on n’a pas. On doit faire notre chemin contre des gars qui font des épreuves de six jours durant tout l’hiver. Juste le fait d’avoir tenu la vitesse moyenne de 54,1 km/h sans avoir couru sur route cette année, c’est presque un miracle. Chose certaine, c’était leur plus belle course de l’année. »

Rédaction : Mathieu Laberge


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive