Pomona Valley Stage Race

Bessette troisième d’une épreuve très technique

Les hommes refusent de courir

Montréal, le 18 mars 2004 — La première étape de la Pomona Valley Stage Race représentait un beau défi technique pour les coureuses présentent en Californie. Pendant 90 minutes, les cyclistes devaient manœuvrer à l’intérieur d’un circuit étroit de 5 km, avec virages serrés, dont un à 180 degrés, le tout agrémenté d’une bonne montée.

« C’était pas mal intéressant, mais c’était un challenge », a insisté Lyne Bessette, qui prenait le départ de sa deuxième course cette saison. « Il fallait se tenir à l’avant, parce qu’une fois à l’arrière, c’était bien difficile de remonter. »

La première cassure importante est survenue à environ deux tours de la fin. La coéquipière de Bessette, Sarah Uhl (Quark), et Kori Seehafer, de l’équipe Genesis Scuba, ont réussi à créer un trou de 45 secondes, mais elles ont été rattrapées dans le dernier kilomètre.

À ce moment, Bessette a tenté le tout pour le tout et placé une attaque dans la dernière côte. « Je me suis fait passer à la ligne par deux sprinteuses », a raconté Bessette, pas malheureuse du tout. « J’ai quand même mis la main sur le maillot de grimpeuse », ce qui était son objectif de la course. La victoire est allée à Laura Van Gilder (Genesis Scuba) suivie de Megan Long (OBRU/The Bicycle Store).

Course neutralisée pour les hommes
Le peloton masculin, plus imposant que celui féminin, a préféré neutraliser la course plutôt que de risquer des accidents majeurs. Après cinq tours, les 150 coureurs se sont immobilisés pour signifier aux organisateurs qu’ils allaient rouler le temps prévu, mais qu’ils ne concouraient pas.

Chris Horner, le coéquipier de Charles Dionne au sein de l’équipe Webcor, a indiqué à Cyclingnews que c’était tout simplement trop dangereux. « Nous sommes tous des coureurs professionnels et personne ne voulait chuter et se blesser. Nous voulions juste assurer la sécurité du peloton. Si nous avions été moins nombreux, cela aurait été correct, mais à 150 coureurs, c’était difficile. »

Vendredi, la situation ne devrait pas se représenter alors que les athlètes prendront part au contre-la-montre de la montagne, une sortie de 13,6 kilomètres.

Rédaction : Caroline Larose


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive