Tour de Langkawi

Les Colombiens contrôlent la deuxième étape

Montréal, le 7 février 2004 - Après une première étape annulée en raison de la présence de voitures à contre-sens sur le parcours, le Tour de Langkawi, en Malaisie, s’est véritablement élancé. Samedi, les coureurs se sont attaqués à une étape de 151 km, dont les 50 derniers étaient tout en montée.

Aux environs de la 40e borne, un groupe de huit coureurs s’est échappé. Aucun membre de l’équipe canadienne ne s’est faufilé dans ce petit groupe qui a réussi à mettre jusqu’à six minutes au peloton. « Tout le monde se demandait qui allait chasser, alors, à un moment donné, on a été obligé de chasser », a reconnu Charles Dionne. « On est revenu sur eux au début de la montée et notre objectif était de bien placer Roland Green pour l’assaut final », a expliqué le cycliste de St-Rédempteur. Mais le petit coureur colombien, Marlon Perez, qui pèse à peine 100 livres, s’était déjà détaché du groupe. Il termine l’étape entre Ipoh et Tanah Rata avec 47 secondes d’avance sur son coéquipier au sein de Colombia Selle-Italie, Freddy Gonzalez. La formation colombienne a aussi placé un autre coureur dans les cinq premiers avec la présence de Ruber Marin au quatrième rang.

Malgré l’appui de ses coéquipiers de l’équipe canadienne, Roland Green, de Victoria, termine au 18e rang, à 2 minutes 16 secondes de Perez. Dionne se retrouve au 39e rang, à 3 min 47s, tandis que son coéquipier Dominique Perras pointe au 45e rang, à 5 min 26. « Je ne me sentais pas si mal, même si j’ai eu mal aux bronches au cours des derniers jours », a relaté Perras. « Mais, dans les dix derniers kilomètres, j’ai souffert de crampes. Je ne sais pas si c’est la chaleur ou bien le début de saison, mais j’ai eu de solides crampes. J’ai donc perdu beaucoup de temps, mais pour l’instant, selon mon de point de vue, l’objectif est toujours d’aider Roland Green. »

Et rien n’est joué même si les écarts peuvent sembler importants. La troisième étape de 171 km entre Tapah et Raub présente une montée de 20 km, tandis que la traditionnelle étape des Genting Highlands, qui présente une douloureuse ascension de 25 km et départage souvent les gagnants des perdants, est encore à venir.

Texte : Caroline Larose


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive