Tour de Wellington

Perras deuxième de la quatrième étape

Wohlberg et Dionne premier et deuxième au classement général

Montréal, le 30 janvier 2004 — « C’était l’étape la plus dure », a reconnu d’emblée Dominique Perras.

Le cycliste de Brossard fait ici référence à la quatrième étape du Tour cycliste de Wellington, une sortie de 125 kilomètres qui se terminait par une montée de 16 kilomètres, au sommet d’Admiral Hill, à 535 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Perras, avec quelques autres cyclistes, s’est échappé après une vingtaine de kilomètres. Le petit groupe de tête a réussi à maintenir le peloton à 4 ou 5 minutes de distance durant toute l’étape. Perras a vu la victoire d’étape lui glisser des mains lorsque le Néo-Zélandais, Jeremy Yates, champion du monde junior 2002, a attaqué dans l’assaut final. « C’est un jeune costaud et il m’a lâché », a simplement reconnu Perras qui ne s’en faisait pas outre mesure. « Normalement, dans les côtes, je suis plus en forme que cela. Je pense que c’est la première fois que je suis en compétition un 30 janvier, a-t-il dit en riant. Mais c’est bon pour l’équipe nationale », a-t-il tenu à préciser. Le Canada tente d’accumuler le plus de points afin d’améliorer son classement mondial en vue des Jeux olympiques d’Athènes.

L’équipe canadienne est bien placée avec Éric Wohlberg, qui détient le maillot de leader et trois coureurs parmi les 10 premiers, dont Perras (10e) et Charles Dionne, deuxième. Dionne aurait bien aimé profiter de cette étape pour se creuser une petite avance sur son plus proche poursuivant, l’Australien Hilton Clark, mais il en a été incapable. « J’ai été chicken », a-t-il admis à propos de sa tenue dans la dernière montée. « Je ne connaissais pas la côte et j’ai eu peur de casser. Je n’ai pas eu assez confiance en mes jambes », a indiqué le coureur de St-Rédempteur, un peu choqué parce qu’il connaît le talent de Clark au contre-la-montre. « Il va falloir que je connaisse un bon contre-la-montre parce que c’est un très bon coureur au contre-la-montre. »

Dionne devra se donner pendant 16 kilomètres s’il veut protéger sa deuxième place. Après le contre-la-montre, les coureurs compléteront le tour dans les rues de Wellington avec un critérium.

Texte : Caroline Larose


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive