Saison 2004

Manon Jutras passe chez S.A.T.S.

Montréal, le 15 janvier 2004 - — Après plusieurs semaines à discuter avec des équipes européennes, la cycliste Manon Jutras a fait son choix : elle courra pour l’équipe S.A.T.S. Plus tôt cette semaine, la Verdunoise a signé une entente d’un an avec le groupe sportif danois dirigé par l’Américain Chris MacDonald.

En plus de Jutras, S.A.T.S. (une chaîne scandinave de centres de conditionnement physique) a conclu des ententes avec la championne du monde sur route 2002 et 2003, la Suédoise Susanne Ljungskog, ainsi qu’avec d’autres gros noms internationaux tels la sprinteuse norvégienne Anita Valen, l’Australienne Rochelle Gilmore et la Britannique Sara Symington.

C’est après avoir pris connaissance de l’état de ses négociations avec l’équipe américaine Quark, anciennement l’équipe Saturn, dans un texte diffusé par Sportcom le 27 décembre dernier et qui a été repris sur plusieurs sites Internet spécialisés, que les dirigeants de S.A.T.S. ont décidé de communiquer avec l’athlète de 36 ans. « Le texte a fait bouger des affaires. J’ai reçu un courriel de S.A.T.S. et les négociations ont été amorcées. C’est un pur hasard et une belle surprise », a fait savoir la principale intéressée qui était alors en pourparlers avec une équipe néerlandaise.

Avant de signer son nouveau contrat, l’ex-triathlonienne a communiqué avec des cyclistes qui faisaient déjà partie de la formation afin de savoir si ses objectifs personnels pouvaient concorder avec les leurs en cette année olympique. « Elles m’ont dit qu’elles voulaient m’avoir dans l’équipe. On a eu un match parfait, tant avec le directeur de l’équipe qu’avec mes nouvelles coéquipières ! L’esprit dans lequel les négociations se sont déroulées a également aidé à me mettre en confiance. J’ai vu que nous avions un partenariat. L’équipe n’a que trois ans, mais elle a connu une croissance intéressante », avance Jutras, qui souligne que son nouvel employeur était très ouvert à chacune de ses demandes.

« Je visais une proposition générale qui me permettrait de courir dans les grandes classiques européennes et de contribuer aux objectifs de l’équipe tout en réalisant les miens. C’est ce que j’ai regardé dans les propositions qui m'ont été faites et l’offre de S.A.T.S. était très emballante. Je ne pouvais pas la refuser », a commenté celle qui a déjà couru avec Lyne Bessette et Geneviève Jeanson.

La Québécoise, qui amorcera sa quatrième année sur la scène internationale, n’a pas été explicitement pressentie pour jouer le rôle de coéquipière de luxe comme ce fut le cas au cours des dernières saisons. « Ce n’est pas ce qu’on m’a demandé. Je suis une coéquipière et selon les courses et les objectifs, ça va changer à chaque fois, même si je serai une force de plus pour Suzanne (Ljungskog). »

Et le salaire ? « Ça répond à mes attentes », a souligné sans trop vouloir entrer dans les détails celle qui commencera sa nouvelle saison en Australie, le mois prochain.

Texte : Mathieu Laberge


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive