Grands Prix cyclistes de Québec et Montréal

Une rare occasion à saisir pour la relève

Québec, 6 septembre 2018 - Avoir l’avenir devant soi avec peu de portes ouvertes. Voilà la situation dans laquelle plusieurs jeunes cyclistes québécois se retrouveront au cours de l’intersaison.

Encore une fois cette année, l’équipe canadienne a reçu une invitation des organisateurs des Grands Prix cyclistes de Québec et Montréal. Ces deux courses accueilleront plusieurs jeunes athlètes québécois qui se mesureront à l’élite mondiale, dans certains cas pour une première fois. Une seule exception au tableau, la présence de Bruno Langlois (Québec) le vétéran de l’équipe.

Pier-André Côté (Saint-Henri-de-Lévis), Adam Roberge (Prévost), James Piccoli (Mont-Royal) et Nickolas Zukowsky (Sainte-Lucie) courent tous pour des formations nord-américaines et si on peut avancer que leurs meilleures années sont devant eux, l’avenir de leur sport sur la scène nord-américaine est plutôt incertain en cette fin de saison.

Côté, Roberge et Zukowsky sont tous coéquipiers de la formation montréalaise Silber Pro Cycling qui cessera ses activités à la fin de la saison, elle qui est dans le circuit continental depuis 2014.

Comment les jeunes coureurs entrevoient-ils leur avenir personnel? C’est ce que nous avons demandé à Pier-André Côté et Adam Roberge, la veille du Grand Prix de Québec.

« J’ai eu la chance d’avoir une très belle saison. J’ai débloqué au Tour de Beauce où je suis allé chercher deux victoires d’étapes et cela m’a permis d’avoir de bons arguments, même si le vélo ne va pas si bien que ça en Amérique du Nord présentement et qu'il y a beaucoup d’équipes qui ferment », avance Côté, qui vient de signer un contrat pour l’année 2019 avec l’équipe américaine Rally Cycling, une formation qui détient une licence continentale pro et qui partage son calendrier entre l’Amérique du Nord et l’Europe.

« Il y a des gars que l’on sait qu’ils ont du potentiel, sans nécessairement avoir des résultats qui ont débloqué. Ce sont des gars qui se pointent toujours à l’avant comme Adam ou Nickolas (Zukowsky) de Silber Pro Cycling. C’est plus dur de se trouver un contrat dans un contexte comme cette année où il y a vraiment peu d’emplois disponibles. »

Roberge a quant à lui décidé de mettre les bouchées doubles à l’entraînement plutôt que de s’apitoyer sur son sort. Il a fait un gros bloc d’entraînement au cours des trois dernières semaines pour se préparer, surtout pour le circuit montréalais qui s’annonce plus difficile pour lui que celui de Québec. La douleur sera peut-être un peu plus supportable sur le Mont Royal, car il s’attend à voir une cinquantaine d’amis qui viendront l’encourager dimanche.

« Je n’ai rien de signé encore, mais on cherche fort. Je suis quand même confiant que ça va débloquer. Sinon, je vais juste me forcer le plus possible pour avoir un emploi l’année prochaine et continuer à faire du vélo. C’est juste une motivation de plus. J’ai eu de bons résultats en Beauce et il y a les Championnats du monde qui s’en viennent et je peux faire un bon résultat au contre-la-montre, alors je me concentre pour être le plus en forme possible », croit celui qui a terminé au pied du podium du contre-la-montre senior des Championnats canadiens.

Qui sait si une belle prestation de Roberge sur les routes québécoises ou aux mondiaux d’Innsbruck saura attirer l’attention d’un directeur sportif ?

Rédaction : Mathieu Laberge

TOUTES les nouvelles de vélo de Sportcom
2018, 2017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2012, 2011
2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002


page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

veloptimum.net

.

.

.