Jour 20 : Nambale - Palanda

Michel Lebel

Aujourd'hui on passe à la frontière.


photo : Michel Lebel

J'ai été nerveux tout le temps car Christian avait dit qu'il fallait avoir le vaccin de la fièvre jaune, et comme je n'avais pas prévu aller en Équateur je ne l'avais pas. Eh bien ils ne l'ont pas demandé, donc bienvenue en Equateur.


photo transmise par Michel Lebel

Et les gars en avaient rajouté une couche de plus en disant que je n'avais pas de visa . Je n'en avais pas besoin !

J'ai changé ce que j'avais de SOLS en $US. J'étais bien content mais ça n'a pas duré quand j'ai vu la gravelle qui m'attendait.

Ci-bas nous sommes sur la route nationale 682, qui ressemble plus ou moins à la route qui menait à Rivière des Vases (défunt oncle Joseph-Marie). Encore que celle-là était bien car elle était planche. Voyez dans quel état on va devoir faire 55 km de vélo...


photo : Michel Lebel

... puis 25 km sur une toute goudronnée mais pas tellement mieux.


photo : Michel Lebel

Voici le dénivelé de ce 8 juin. Le rouge c'est du 15%. La montée ça va, c'est la descente qui est infernale avec les roches.

À midi j'avais fait 30 km. À un moment donné, je tombe sur un camp de l'armée et je ne sais pas quoi faire quand ils me demandent mon passeport. On s'est fait dire que parfois des gens installent des faux arrêts de vérification et peuvent alors demander (exiger) des sous pour la protection ou pour un problème quelconque... Comme ça avait l'air vrai, j'ai présenté mon passeport, ils ont regardé et me l'ont remis. Tout était beau, et même le gars avait l'air sympathique, plus que le policier moyen québécois qui donne une contravention.


photo : Michel Lebel

On aperçoit ci-bas le village de Zumba où j'ai eu ma 2e crevaison du voyage, vite réparée par un des gars qui a choisi le camion pour aujourd'hui.


photo : Michel Lebel

Ma route de gravelle durera jusqu'au km 60. Je monte assez bien, autour de 6-10 km/h, mais dans les descentes je roule à 5 km/h ou bien carrément je marche quand c'est à-pic (ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas doué pour la marche en montagne). Les Francais appellent ça du rupio.

Les élus Équatoriens promettaient l'asphaltage de la route pour 2015 et, comme d'habitude, ce n'est pas terminé. C'est comme la promesse du pont de la route 19 ou l'agrandissement de la 30 au Québec, ça fait gagner des élections, un vieux truc.

Arrivée donc à 17h00, vidé comme tout le monde, 80 km parcourus en 10 heures, une distance que je fais chez moi avant souper.

Demain même dénivelé mais, promesse de Christian : il n'y aura plus de gravelle. Promesse de politicien?


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net

.

.

.