Jour 24 : Loga - Ona

Michel Lebel

Avant-dernier jour. Journée costaude de 2700 m de dénivelé sur la Panaméricaine (c'est la route qui traverse les 2 Amériques) enchâssé dans seulement 107 km. Notre chef nous parle de 3 cols avec du faux plat. Je n'ai jamais vu de faux plat et la sortie de la ville est toute en côtes.

La Sierra (région des Andes de l'Équateur) est magnifiquement verte mais pour que ce soit vert ça prend de l'eau, eh bien on en a à tous les jours, comme au Grand Défi Pierre Lavoie 2019. Pressés par le temps, quelques-uns sont montés dans le camion. Eh oui il fait froid à l'Équateur!


photo : Michel Lebel

Au km 71 nous traversons le village de Saraguro, le fief des Saraguros, un peuple indien prospère qui vivait à l’origine sur les bords du lac Titicaca, au Pérou et fut déplacé autoritairement dans les années 1470 dans le cadre des mitimaes, un système de colonisation de l’Empire Inca.


photo transmise par Michel Lebel

Ils portent encore le même costume traditionnel en lainage. Les femmes arborent des chapeaux blancs à larges bords, de longues jupes plissées, des fibules ouvragées appelées tupus et des colliers de perles. Les hommes portent des chapeaux en feutre, des ponchos noirs, et un pantalon noir s’arrêtant aux genoux.


photo : Michel Lebel

Après le 2e col, le soleil sort et on voit mieux les paysages verdoyants des alentours ainsi qu'au 3e où là je dois franchement me presser car le temps manque, je vais devoir monter le 11 km en une heure si je ne veux pas arriver à la noirceur.

Ici en Équateur c'est surprenant, quand le soleil se couche vers 18 h00 il fait noir presqu'instantanément. J'y arrive, non sans mal, car j'ai une douleur persistante au dessus du genou droit dans l'ischio-jambier. Je ne sais ce que c'est mais je sais que ça provient d'avoir trop forcé musculairement dans les côtes, par manque d'un développement adéquat.

À l'arrivée, pas d'internet, pas de téléphone, alors que je voulais appeler l'équipe Tour De Rein en route pour le Grand Défi Pierre Lavoie à La Baie. Je souhaite toute la chance qu'ils méritent aux gens de cette fabuleuse équipe, qui a relevé avec brio le défi de s'y préparer et de réunir les sommes nécessaires, quelques 25 000$, pas une mince affaire. Ils ont probablement réussi à assurer la pérennité du financement pour plusieurs années à venir, ce que moi-même je n'avais pas réussi dans les années auparavant. Bravo à cette belle équipe, formée de Francois Forget (capitaine et greffé du rein), Diane Côté (trésorière etc... de l'équipe, avec qui je m’entraîne souvent en ski de fond et à vélo), Marc Gagné (médecin, qui m'a donné un bon coup de main pour des formalités médicales pour ce voyage au Pérou), Sébastien Ferron (membre des citrons pressés, dont je suis membre également) et Mathieu Boulanger (néphrologue, médecin spécialiste du rein). Tous ces joyeux lurons se sont mis à vendre du vin pour financer leur participation, c'était beau à voir. Ils vont aussi en voir de toutes les couleurs, avec un long passage dans Charlevoix.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net

.

.

.