Jour 23 : Vilcabamba - Loga

Michel Lebel

En partant ça montait joyeusement. Petite étape de 50 km mais de 1200 mètres de dénivelé. Les 2 jours suivants on va avoir 100 km avec 2400 m, dont il faut compter 1200 m par 50 km de route.

Il ne me reste que 3 jours de vélo, je vous avais dit que c'était un voyage court. Et rien de platte, dans les 2 sens du mot. Je ne sais plus à quelle vitesses je roule sur le plat, y'en a juste pas.

Ça va aussi un peu bien tomber car j'ai redéveloppé un mal de dos le matin et j'ai des douleurs aux tendons des ischio-jambiers mais qui passent une fois sur le vélo. La 32 ce n'était pas suffisant, ou bien un 3e plateau aurait été souhaitable. En même temps, on a un beau groupe de grands voyageurs avec qui je me sens bien et un chef, Christian, en qui on peut avoir confiance.

La qualité des plats en Équateur nous semble plus sophistiquée qu'au Pérou, moins de cochonneries sur le bord des chemins, plus de propreté en général dans les commerces. Les bêtes sauvages rencontrées au Pérou (chiens) ont déserté. Par contre le Pérou a de plus belles routes, toutes asphaltées, alors que l'Équateur c'est du ciment. Sur le plan touristique le Pérou, à mon sens, recèle davantage de possibilités.


photo : Michel Lebel

Rien de particulier sur cette étape, voir ci-haut petite route de campagne anglaise où Christian a installé l'unique SAG STOP, presqu'à l'entrée de la ville.


photo : Michel Lebel

La ville de Loja est une grande ville animée avec tous les services. Il faut y voir la cathédrale. Décidément les Espagnols, après avoir tout pillé l'or, n'ont dressé que de ces cathédrales. On y parle exclusivement l'espagnol aussi. C'est aussi là que nous quittent 4 participants.

À titre de Québécois dans un tour composé essentiellement de Français, je ne passe jamais inaperçu, d'abord par mon accent et je joue le jeu. Au départ de notre ami français Jean-Francois, qui va tenter de faire revivre le projet de faire un tour de la Gaspésie en 2020, j'ai donc testé ses connaissances de l'argot québécois. Il a bien fait, en tout cas on s'est bien amusé. À souligner aussi le départ de Jean-Jacques, de Québec, qui est toujours 50% français 50% canadien, et dont j'ai déjà parlé.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net

.

.

.