Jour 21 : Palanda - Vilcabamba

Michel Lebel

Le repos est de courte durée car on doit enchaîner un autre 2600 m de dénivelé sur 80 km.

D'abord on va déjeuner. Typiquement on a pour déjeuner des pains qui ressemblent à un hamburger avec, dans le milieu, soit du fromage, des oeufs ou de la marmelade et du café Nescafé (pauvres Français) et souvent du jus de papaye. Pu capable le jus de papaye !

Ce matin un nouveau jus d'agrumes - (tomaté, qu'ils disent), mais ça ne goûte vraiment pas la tomate. Ça se peut pas - et, comme le veut l'adage, vous n'essaierai pas de me montrer que les tomates poussent dans les arbres, eh bien si, ce sont des tomates qui poussent dans les arbres - pas de farce, photo à l'appui.


photo transmise par Michel Lebel

Et c'est bon. Tellement que j'ai failli en oublier mon cell au restaurant. Nous partons donc avec un dénivelé de 1500 m pour commencer.


photo : Michel Lebel

À peu près le mont Ventoux. J'ai promis à Jean-Pierre et Diane de les y emmener un jour, avec Micheline.

Après c'est de la descente avec des en-cas. Jusqu'au km 18, je suis sur les derniers pignons de ma cassette. Après le km 18 j'entends un commentaire comme quoi c'était la partie facile....

Et la pluie qui s'en mêle. J'ai mon imper, ça monte ça va. Eh bien j'en ai bavé, à suivre la ligne blanche sans voir devant, à 6-8 km/h, ça m'aurait pris un 3e plateau. Sur la 32 tout le long. À un moment donné je suis arrêté en me demandant pourquoi j’avançais pas.

Arrivé à 12h30, il va falloir descendre à la pluie. Une chance je suis bien équipé, des pantalons spéciaux, puis 4 couches de vêtements, dont 2 couches de pluie et des gants longs.

En descendant (photo à venir), j'ai dû passer une barrière d'eau. Évidemment les pros l'ont passée sans s'arrêter, moi j'avais le choix entre traverser à pied (pieds mouillés ou risque de chute) et d'être alors douché au complet. J'ai choisi la première option.

En bas le soleil commençait à sortir, arrêt lunch et séchage.


photo : Michel Lebel

Il restait les petits butons et les derniers 10 km épouvantables. J'ai failli monter à pied mais mon orgueil m'en a empêché, moi qui est supposé bien grimper. Bienvenue ensuite à Vilcabamba. Repos demain.


photo : Michel Lebel


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net

.

.

.