La discussion au sujet la course M2 à Contrecœur

« Bon, étant DS d’une équipe commanditée par un centre d’entraînement (et également, co-propropriétaire de ce centre... en passant, c’est un seul mot PowerWatts…), je pense que c’est le temps de commenter sur la discussion par rapport à la course M2 à Contrecœur.

Je suis conscient du fait que c’était l’un de nos coureurs qui a causé la chute, à la suite d’un saut de chaine. Je suis également conscient du fait que ce coureur a du chemin à faire au niveau technique et habiletés de course. C’est un nouveau, et je vous rassure qu’il se sent coupable pour l’accident.

J’avoue que l’entraînement en centre de vélo « virtuel » n’est pas idéal pour le développement du pilotage. Ma seule défense c’est que 99,99 % des clients PowerWatts ne font pas de course et n’en feront jamais. Sur tous nos coureurs, seulement 3 sont des clients, et ceux-ci roulent en catégorie M3. Effectivement, ceux qui font du Zwift sont dans le même bateau, et je crois qu’ils ont même plus tendance d’être du genre combatif à cause du grand nombre de courses virtuelles dans ce système. PowerWatts encourage la compétition avec soi, mais ce n’est pas toujours des trucs de pur wattage. Par exemple, il y a des éléments qui visent la précision dans nos « courses par étapes » pour donner une chance de « compétitionner » aux clients qui ne sont pas les plus forts.

Mais je m’écarte du sujet.

Mes observations/commentaires par rapport au peloton M2 :
• Il faut que les équipes fassent la course.
• Envoyez des coureurs en avant pour garder la vitesse élevée. En principe, plus c’est vite, plus c’est sécuritaire pour l’arrivée. Il y aura moins de gars qui se sentent capables de faire le sprint.
• Attaquez. Durant les courses. Pas sur Facebook.
• Fixez des objectifs pour vos coureurs (ex. checkez Dave Albert, Seb Riopel, Alain Cadorette, contre-attaquez quand une échappée est rattrapée, etc.)
• Apprenez comment faire un éventail, et même un deuxième éventail si vous avez manqué le premier. C’est comme ça qu’on gère les vents latéraux.
• Restez calme. Ne vous crissez pas sur les freins. Si vous n’êtes pas à l’aise d’être entouré de coureurs, restez sur un bord du peloton.
• Soyez conscient de votre bulle et l’effet que vous pouvez avoir sur les coureurs autour de vous.
• Entraînez-vous en petits groupes de 4-8 et faites des entraînements de contre-la-montre par équipe pour vous habituer à forcer et également pour que vos réactions soient affutées quand vous serez en état de fatigue en fin de course.
• La course se fait par en avant, et non en attendant le sprint. Moi, étant du genre rouleur (avec un peu de sprint), j’entends parler de multiples chutes durant la plupart des courses, mais c’est rare que j’en voie plus qu’une, car je me tiens la plupart du temps dans les premiers 20 coureurs.
• Tout le monde fait des erreurs parfois. Prenez le temps après la course de leur expliquer qu’est-ce que vous avez vu de façon constructive.

J’assume ma responsabilité en tant que capitaine d’équipe, et je vais m’assurer que mes coureurs sont au courant de leurs responsabilités envers le peloton. Il vous reste à faire la même chose.

Merci d'avoir pris le temps de me lire. »

Dave Albert, facebook, 10 mai

* * *

La réaction d'Alain Cadorette :

« Très bon post Dave. Si tu me permet d’en rajouter…

Le coureur auquel fait référence Dave aime les courses et se sent très mal, comme Dave dit.

C’est un bon gars, mais il manque d’expérience. Même certains qui ont de l’expérience font des erreurs qui causent des chutes (incluant moi), mais il est important d’aider les nouveaux coureurs quand qu’ils sont ouvert à se faire aider.

Dans le cas du coureur de Dave, je l'ai contacté en privé pour lui offrir des conseils et surtout pour lui offrir un de mes vieux rouleaux le temps qu’il en aura de besoin.

Pour lui apprendre à relaxer les mains sur le vélo, pour apprendre à être moins saccadé, pour apprendre à rester dans sa boîte. Sur un rouleau, si tu n’est pas fluide et relax, ça marche juste pas. Pour commencer il fera 30 minute par jour, après des intervalles FTP ou Tempo, après des drills à une main, après sans main, après changer de maillot ou texter avec son cell.

Plusieurs auraient avantage à rajouter des sessions de rouleaux dans leurs routine d’entraînement. C’est bien beau les Taxc Neo, mais plusieurs poussent des grosse watts tout croche là dessus en position qui les verrait planter solide dehors sur un vrai vélo.

Loins d’être parfait, mais perso je suis revenu aux rouleaux cet hiver et tous mes entraînements incluant les intervalles les plus durs, incluant les courses Zwift, sont faits sur des rouleaux. Essayez ça pour un hiv er...Je touche du bois pour qu’il n’arrive rien ce weekend, mais des accidents ça arrive.

Sauf qu’à un moment donné, quand ce sont souvent les mêmes coureurs agressifs qui causent des chutes à répétition, nous avons un devoir de se le dire dans la face. Dans la chute de Contrecœur c’est peut être un nouveau, mais nous avons tous été débutant en course à un moment donné, donc donnons la chance au coureur. »

* * *

Le commentaire de Lewis Deses :

« Petit conseil, si je peux me le permettre, si vous voulez développer davantage vos habiletés de pilotage en peloton, n’hésitez pas à faire du MTB ou FAT l’hiver. Ça aide énormément à aiguiser les réflexes et être plus sensible à son environnement. Finalement un bike bien entretenu est de mise et tester votre bike après entretien ça évite toutes sortes de pépins en course. J’entends trop souvent des bruits d’oiseux dans le pack (ce qui signifie une mauvaise lubrification, un mauvais ajustement) et arrêtez de mouliner à 110 et 120 RPM, vous vous brûlez et faites des erreurs de pilotage ensuite. Voilà ! »

* * *

Le commentaire de Gino Roy :

« Excellent message Dave, Aussi, apprendre à boire en peloton… une gourde, ce n'est pas une grosse bière... Pas besoin de lever le coude et regarder vers le ciel!!! Juste écraser le bidon ça suffit pour te remplir la bouche ! »

* * *

Le commentaire de Frédéric Chénard :

« Un saut de chaîne, c'est une chose, mais il y avait beaucoup de nervosité dans le peloton avant la chute, c'est aussi un facteur à considérer. J'ai vu des gars frotter sur d'autres pour une 33e position plutôt que d'attendre une ouverture. C'est pas à 5 km de la fin qu'il faut se réveiller pour se positionner, c'est bien avant. Sinon, prends ton mal en patience. J'ai vu quelques gars faire des mouvements ératiques, je m'en suis éloigné et ça m'a permis d'éviter la chute. Sur près de 8km j'ai été emboîté, c'est comme ça, je n'ai rien forcé, j'ai attendu, mais l'ouverture ne s'est jamais présentée, c'est aussi ça la course. »

* * *

Le commentaire de Joey Dibiase :

« Quand tu chutes il y a des conséquences c’est là que tu réalises à quel point ça ne vaut pas la peine de couper à l’intérieur pour gagner 5 places.

À notre âge nous avons tous des jobs et des familles. Pensez que vos moves de cabochon, à notre âge, sont lourds de conséquences non seulement pour vous mais pour les autres. Personne gagne sa vie avec ça.

Nous sommes pour la majorité tous des chums, donc comportons nous en gentlemen et évitons les comportements routiers à risques.

Si tu veux te rendre au sprint, bien entraîne toi plus fort et roule en avant ! »


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net

.

.

.