Jour 8 : Pacasmayo - Chilete

Michel Lebel

Aujourd'hui on retourne dans les montagnes. On part presque de la plage pour monter à 1000 mètres puis à plus de 3000 mètres le jour suivant.

On passe d'abord dans un village au nom évocateur, Tamarindo. Tamarindo c'est aussi le nom de la ville où nous avons fait du surf et de la baignade dans les vagues au Costa Rica en janvier dernier. J'avais lu au sujet du Tamarindo du Costa Rica qu'il s'agit d'une destination de remplacement fort valable pour les amateurs de la Floride. Vagues immenses, aucune roche, que du sable sous les pieds et de l'eau chaude et en plus une atmosphère beaucoup moins attrape-touriste et plus exotique.


photo : Louise Héneault

20 km après avoir entamé l’ascension vers les montagnes on aperçoit un barrage, on longe ensuite un lac turquoise. Je sais qu’à la vue de la photo ci-haut vous, dans les bureaux, vous allez m'envier mais sachez que je découvre en même temps que vous l'Amérique du Sud. Ce n'est pas un montage. Et il est connu que le Pérou a amélioré constamment son réseau routier pour aider l'infrastructure touristique à se développer comme en fait foi la photo qui suit.


photo : Michel Lebel

Je crois que mon ami Christian Ouellet, totalement incapable de trouver un parcours plat pour ses camps d’entraînement, en sera ravi, à 20 km de la côte des parcours dignes de ce qu'il y a de plus beau dans les Rocheuses Canadiennes et un pavé de velours.

À l'arrivée à Chilete, un problème se présente, l'hôtel dit ne pas avoir de réservation pour notre groupe. Durant l'attente de Christian (le chef), nous sommes la curiosité du village et les enfants viennent nous voir,.

Louise Héneault (une ancienne de Pékin Londres, 5 mois à vélo de Pékin à Londres 16 000 km) et du MAC 2016 a développé un talent à remettre des petites épinglettes du Canada (shouuuhh pour les indépendantistes, y connaissent pas le Québec) et les enfants en raffolent et moi je converse en espagnol (mais oui ils me comprennent - c'est moi que ne comprend pas toujours leurs réponses) , ils me demandent des photos de la neige.


photo : transmise par Michel Lebel

Ça me rappelle le MAC2017 avec les enfants, des moments privilégiés. Ils ont à peine 10 ans et ils maîtrisent les affaires que Rosa (mon prof d'espagnol) tentent de m'enseigner.

Christian arrive enfin et nous dit qu'il a trouvé un autre hôtel, ce gars-là a 4 vies au moins, rien à son épreuve. Je le rencontre près d'une pâtisserie et sentant l'odeur d'un bon gâteau à l'ananas renversé il décide que ce sera le dessert au restaurant ce soir et il l'apporte, comme si de rien n'était.

Sur la route on a été déviés quelque peu à cause d'un pont effondré par le tremblement de terre d'hier. Les enfants m'ont dit qu'ils se sont réveillés et les parents les ont fait sortir dans la rue. On a su également que lors du tremblement de terre Christian (notre chef - et il est belge en plus - allez mes amis français sortez vos blagues) était sorti dans la rue revêtu seulement d'une serviette autour de la taille, mais que personne n'a pu voir - pas de photos.

Un très joli village que Chilete, un magnifique parc et centre-ville.


photo : Michel Lebel


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net

.

.

.