La première année d'un périple de 6 ans - Jour 28 : Dover - Dunkerque, 30 km

Michel Lebel

Aujourd'hui on quitte Dover pour prendre le bateau pour la France.

Dernier petit-dej anglais typique (oeufs, bacon, patates rissolées, tranches de pain avec confiture, thé, café); on va retourner au pain baguette, croissants. Sous cet aspect j'aime bien les changements culturels. Et on va re-rouler à droite, je n'ai pas aimé rouler à gauche dans un enchevêtrement de routes et de pistes cyclables. On ne s'y retrouvait plus quand on croisait des carrefours giratoires.

Avant de monter sur le bateau, on voit les fameuses falaises blanches de Dover.


photo : Michel Lebel

C'est notre 6e bateau mais il me semble qu'on nous avait dit qu'il y en aurait 7. Deux heures de traversée sur ce bateau qui compte une dizaine de ponts. On s'empresse de nous dire que le capitaine veut une photo avec le groupe. Quand le capitaine a été prêt, l'équipage est arrivé presqu'en criant : on n'avait que quelques minutes, un bateau sans capitaine, même pour 5 minutes, vous vous rappelez de ce qui est arrivé en Italie ?


photo transmise par Michel Lebel

Yvon avait acheté du kouingnamanne en Bretagne et c'est le camion frigo qui le transportait. On en a fait un régal. Yvon est un breton, super-sympa, avec qui je roule pour mon 5e voyage (les tours cyclo 2014 et 2016, le MAC en 2017, le Pérou en 2019 et celui-ci); un excellent cyclo aussi.


photo transmise par Michel Lebel

Puis c'est l'arrivée à Dunkerque, avec photo de circonstance.


photo transmise par Michel Lebel

Un groupe de cyclos nous attendait pour nous faire visiter leur patelin avant qu'on arrive à l'hôtel. On est arrosé par une averse, ce qui fait que ça tourne un peu court. Je vous parle de pluie de temps en temps mais c'est la question du jour dans le nord de la France : est-ce qu'il va pleuvoir aujourd'hui? On est aussi dans le pays des Ch'tis, très près de la Belgique. Vous vous souvenez du film ?

Le soir même nous avons une réception où on nous remet le diplôme honorifique de la première édition, un écusson honorifique de la ville.


photo transmise par Michel Lebel

Nous étions 34 au départ, nous avons terminé à 28, il y a eu 4 abandons pour causes familiales et diverses, et deux accidents légers.

Moi j'ai enduré mon mal d'épaule tout le long du tour, que j'ai trouvé plus difficile que prévu, en raison, selon moi, du manque de jours de repos.

On a eu une réunion fort constructive et cette édition, un peu exploratoire, sera suivie d'une autre l'an prochain où les cyclos participeront à l'organisation selon les talents de chacun. Par exemple, Jean-Pierre, qui arrivait souvent dans les premiers, aidait à régler les problèmes de langue, car, croyez-le ou non, peu de Français parlent anglais. Un des gars du groupe a un contact dans tous les postes de police d'Europe et il va tenter de faire valider la sécurité des parcours. Moi j'ai donné mon nom pour l'aspect touristique et culturel des capitales, qui sans l'ombre d'un doute seraient mieux visitées collectivement.

L'an prochain ce sera la Belgique, l'Allemagne, le Luxembourg, la Hollande, le Danemark, la Suède et la Finlande et peut-être la Norvège, me dit Jacky.

Le tour total des capitales, c'est apparemment 18 000 km. On en a 3300 de fait.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net

.

.

.