La Traversée du Canada à vélo - 5 août 2018 - Thunder Bay - Nipigon, 122 km

Thunder Bay - Nipigon, 122 km

Michel Lebel

5 août 2018

Comme équipement de protection j'ai installé sur mon vélo une lumière clignotante et un drapeau rouge demandant l'espace requis et en plus je suis habillé avec le fameux manteau jaune que plusieurs connaissent. Or, au départ, le drapeau rouge s'est détaché et j'ai dû retourner le ramasser et l'attacher avec du duck-tape mon fidèle outil, que j'emporte toujours.

En quittant Thunder Bay on voit un système de barrage qui empêche la ville d'être inondée au printemps et qui règle les crues.


photo : Michel Lebel

Puis on nous indique les directions pour nombre de villes dans le monde. Le tout sur une petite route qui mène à la 17 au km 47. Tout se passe bien, on entend les oiseaux et on voit des bouts de lac.


photo : Michel Lebel

Donc nous voici sur la 17 pour plus de 600 km, vers Sault Ste Marie, notre prochaine destination. L'accotement se réduit comme peau de chagrin mais il n'y pas de trous, comme au Québec, car l'Ontario est une province riche, n'utilise pas le matériau ÉQUIVALENT et d'Italiens pour la construction. Cette route devient un peu plus loin à voie unique dans chaque direction.

Et voici ce qui nous attendait au détour du chemin, en train de déjeuner. Même un samedi! Et ça ronronne tous, en stationnement... pour l'air climatisé. Et quand l'heure de la fin du déjeuner a sonné, ce fut l'enfer pour nous.


photo : Michel Lebel

En plus, en chemin j'ai définitivement perdu mon drapeau rouge, que j'ai tenté de retrouver en roulant à contresens. Pour finir le plat on a eu de la pluie et ce n'est pas évident de constamment regarder dans le miroir. Mais heureusement, à l'approche de Nipigon, le gouvernement fédéral a décidé d'honorer une promesse électorale en élargissant à 4 voies. La beauté de la chose est que la route n'est pas terminée mais carrossable pour les vélos et, comme on est samedi, c'est comme chez nous, les fonctionnaires ne travaillent pas, donc pas de chantier, et on peut rouler en contournant la machinerie.


photo : Michel Lebel

Et pour le souper j'avais trouvé du dessert qu'on a partagé en groupe, c'est une tarte aux bleuets du lac Supérieur. Et même le Tim Horton de Nipigon sert des choses aux bleuets. Je vais tenter d'avoir de la confiture de bleuets, ce que Valérie n'a plus au Tim de Boucherville, à mon grand désespoir. J'espère que les gars/filles du Tim vous passez mes messages à Valérie.

Ne vous découragez pas, comme j'écris un jour en retard, c'est beaucoup mieux le lendemain, nous sommes dimanche et les truckers sont à la messe.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net

.

.

.