South Baymouth - Owen Sound, 117 km

Michel Lebel

16 août 2018

Nous sommes dans la portion nord de la baie Georgienne et allons traverser à la portion sud qui forme une presqu'île au nord de Toronto.

Lever très tôt pour les procédures d'embarquement.


photo : Michel Lebel

On profite de l'attente pour prendre une photo de groupe des gars


photo : Michel Lebel

Et de notre guide Pierre


photo : Michel Lebel

Pour le reste, pas de photos, il n'y avait rien à photographier de toute façon.

Au sujet des 5 gars du groupe des rapidos, on m'a dit qu'ils grattaient la porte du traversier pour partir. Mais comme j'avais de bonnes jambes je me suis dit que je pourrais en rattraper une bonne gang.

J'ai croisé Pierre, le guide, qui m'a dit que Juliette et François étaient devant. Donc du pur cyclosportif cette journée. Quand j'ai rejoint le tandem je me suis un peu reposé derrière et Sylvain (le clown sur la photo) m'a dit de cesser de me reposer et j'ai alors vu 2 cyclistes devant. Je suis donc reparti et, à la vitesse que j'ai passé Juliette, je me suis dit que j'étais dans une bonne journée (moyenne de 35 km/hre).

Devant, François a manqué un virage et s'égarait, donc je suis allé le rejoindre pour le lui dire. Au retour les dits rapidos nous attendaient et donc je suis reparti avec eux. Ce petit stretch de poursuite fut la partie la plus difficile de la journée. Le reste, soit rouler en peloton à 34 km/hre de moyenne avec Alain, Christian, Claude et Maurice ça a été relativement facile, même à la faveur des quelques côtes, ma spécialité. Aucune peine à suivre et je me suis même payé un sprint, que personne a suivi. Mais Gilbert n'était pas là, c'est de loin le plus fort du groupe. Nous sommes arrivés 1h30 avant les autres, soit à 15h30 en étant partis à 11h30, avec un arrêt de 30 minutes chez Subway. 3h30 heures de vélo pour 117 kms.

Ça m'a conforté sur ma forme, mais ce n'est pas ce que je venais faire sur ce voyage, je veux prendre des photos et visiter quand je veux.

L'autre hic, c'est que Juliette la comète ne veut plus rouler avec moi, je vais trop vite. Ça m'a fait du bien de faire du cyclosportif, et toujours pas de crevaison.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net

.

.

.