Journée libre à Sault Ste. Marie

Michel Lebel

12 août 2018

Je vous ai présenté hier mon copain Robert, avec qui je suis allé à la boutique de vélo. C'est un célèbre septuagénaire de Baie Saint-Paul et il hésitait beaucoup avant de se lancer dans l'aventure. Voici ce qu'il arbore sur son maillot.


photo : Michel Lebel

À Sault Ste. Marie on nous a dit d'aller sur le boardwalk, plutôt qu'au centre-ville. Du boardwalk on voit le pont The International Bridge qui relie Sault Ste. Marie, Ontario, à Sault Ste. Marie, Michigan. Il est long de 3.2 km, a été terminé en 1962 et a constitué un défi technologique, devant passer au dessus du canal qui relie le lac Supérieur et le lac Huron.


photo : Michel Lebel

Nous sommes arrivés en plein festival et donc, armé de ma caméra, me disant que je devrais me faufiler au travers de la foule, je suis allé voir, comme plusieurs autres. Il y avait bien un spectacle, mais la foule totalisait 10 personnes. Je me suis dit que je n'étais pas au bon endroit et donc je suis allé voir la rue piétonnière, fermée. En passant la guérite j'ai dû affronter un responsable qui m'a dit que je ne pouvais consommer aucune boisson sur la dite rue, à moins d'avoir un badge spécial, sous peine d'arrestation ! Je ne vous avais pas raconté qu'il est arrivé qu'un petit groupe de notre gang de cyclistes est allé dans un parc pour souper et que des policiers sont arrivés et on fait vider les bouteilles de vin que certains avaient apportées. On ne rigole pas en Ontario !

Pour le spectacle, la rue fermée était à peu près vide, il y avait plus de monde en dehors de la rue fermée que dans la rue et nous étions 3 à écouter le spectacle. Mais la musique de jazz était quand-même bonne.


photo : Michel Lebel

À la boutique de vélo c'était plus occupé que la veille. En plus de régler mon problème de chaîne, j'avais demandé de nettoyer mon moyeu arrière. Pour les fanas de technologie vélo, les roues arrières SIRIUM ont le défaut de devenir bruyantes lorsque le moyeu est mouillé, et ça m'est arrivé quelques jours auparavant.

Je suis ensuite allé au casino mais je n'ai pas pu rentrer avec mon sac à dos. Le vestiaire avait la consigne de ne pas prendre les sacs à dos et les agents de sécurité avaient l'ordre formel de ne garder aucun sac à dos sur place. Comme j'étais à pied, rien à faire. Je suis donc allé visiter le Bush Museum, un musée des avions combattant les feux de forêts. Au coût de 13$ et d'un ennui total.

Par contre Sault Ste. Marie est le lieu de naissance de Roberta Bondar, la première femme astronaute canadienne (faudra vérifier avec Julie Payette à la prochaine Traversée de la Gaspésie en ski de fond). Et aussi le lieu de naissance de deux joueurs de hockey (deux frères, dont un gardien) dont un a eu une illustre carrière avec les Bruins de Boston, dans le temps de Bobby Orr. Une super facile pour mon ami Matt, de Boston, un peu moins pour mon frère Sylvain et impossible pour mon fils, qui aime bien le hockey, mais qui ne connaît rien de l'époque où les Canadiens battaient tout le temps les Bruins de Boston avec les Savard, Robinson, Lapointe, Lafleur etc... (ils ne les battent plus depuis). Allez, tentez de deviner !

En résumé, notre commentaire général sur la ville est que c'est une ville déserte. Sur la grande rue Queen, plein de commerces fermés. Ce que j'ai vu le plus souvent ce sont des coiffeurs. Donc, si je passe ici avec Micheline, dans une éventuelle traversée du Canada en auto, on ira direct à Batchawana Bay, chez les autrichiens.

Rappelons aussi que cette ville s'était déclarée unilingue anglaise en plein Lac Meech, alors que tout le nord de l'Ontario est pas mal franco.

Note du webmestre Sylvain, le frère de Michel a trouvé tout de suite : les frères Esposito


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net

.

.

.