Batchawana Bay - Sault Ste. Marie 70 km

Michel Lebel

11 août 2018

Encore pour taquiner amicalement nos compagnons d'infortune, nous avons droit à un déjeuner royal avec crêpes, pain doré et oeufs, très goûteux. Bien repus nous partons à rebours pour rejoindre tout le groupe. C'est là que la caravane nous attend et qu'on fait notre bouffe pour la journée.


photo : Michel Lebel

Francois, le cuisinier, prépare des salades de pâtes, des sandwiches etc... qu'on place dans un contenant avec fermoir et qu'on apporte. Comme il fait froid, ça se garde assez bien. Personnellement j'aurais préféré des sags stops, la formule de America By Bicycle, mais je m'y suis habitué.

Le hic de cette journée c'est que c'est plat. Qui dit plat, dit pas d'accotement (6 pouces). En plus, ils ont patché ce 6 pouces avec du caoutchouc et peinturé la ligne blanche par-dessus, c'est glissant, il faut donc éviter la ligne blanche et c'est même difficile de regarder dans le miroir car il faut rouler sur cette petite frange. Donc, pour les camions, quand on entend quelque chose venir, on prend la garnotte. Heureusement, l'Ontario est en train d'y voir, et a appelé en renfort une armée de travailleurs de la construction qui sont à refaire la route, avec un large accotement.

Ma conclusion de ce voyage sera probablement qu'on ne devrait pas traverser le Canada en passant par le Canada, mais qu'on devrait passer par le Wisconsin (via Duluth au Minnesota) jusqu'à ce que l'Ontario ait terminé les accotements sur les 1200 km entre Sault Ste. Marie et Kenora. En passant, je n'ai pas vu un seul travailleur italien sur le site, donc leur ministère des Transports n'est probablement pas infiltré (pas besoin de commission Charbonneau), pas de M. Trottoir et Accurso, donc les routes devraient être bien faites. Mais d'ici là à éviter, pour sa santé.

Il y a quand-même de beaux paysages de bord de lac, à l'occasion.

Rendu à Sault Ste. Marie j'accompagne un de nos vétérans, Robert Demers, qui a un sérieux problème de vélo. On a été accueillis à la boutique avec du café.


photo transmise par Michel Lebel

Robert, qui est de Baie Saint-Paul, raconte son voyage à un journaliste de l'hebdo local Le Charlevoisien et, pour montrer les camions, je parais à côté d'un des ces monstres.

Souper dans le restaurant in de Sault Ste. Marie, après avoir déposé mon vélo dans une boutique pour faire analyser pourquoi ma chaîne débarque.

Quelques-uns ont des problèmes de vélo récurrents, d'autres certains malaises physiques, mais en général ça se passe pas mal bien pour tout le monde. Il nous reste, en principe, un peu plus de 1000 km à rouler. Moi je suis à considérer ce que je vais faire après l'arrivée à Montréal pour continuer vers Terre-Neuve, si je continue, ça dépend d'un paquet de facteurs, en premier celui de la santé.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net

.

.

.