Parcours relativement facile, on prend la route 7 pour 130 km le 4 juillet

Michel Lebel

5 juillet 2018

Déjeuner à 7h00, ce qui semble sera la norme. Pour ce voyage, Vélo-Québec a innové en fabriquant un lunch le matin du départ, ce qui a été facilité par le fait qu'un des guides est cuisinier. Donc la matin, en apportant notre bagage, le camion a été converti en cantine où on prend ce qu'on veut et, apparemment, le menu va varier au gré du voyage. Cette cantine mobile va aussi se promener durant l'étape pour fournir de l'eau ou des denrées qu'on voudrait bien avoir. On paie 15$ par utilisation de ce service et le cuisinier-mécano François va aller faire l'épicerie de façon régulière selon les goûts qu'on aura exprimés.


photo : Michel Lebel

Ça ressemble un peu aux sags-stops qu'on a déjà eu avec America By Bicycle, avec en plus que c'est nous qui décidons. En passant, un des participants, Gilbert, a roulé avec America By Bicycle, selon moi la référence en terme d'organisation de voyage de vélo au long cours aux États-Unis. Il en a dit beaucoup de bien.

Parcours relativement facile car on prend la route 7 pour 130 kms. Juste la sortie de la ville qui est un peu compliquée. Justement, cette difficulté a fait qu'un groupe de 7 cyclistes s'est payé une ride de 160 kms au lieu des 130 kms prévus, comme ça arrive souvent dans des voyages de vélo.

On suit la rivière Fraser, en fait le fleuve Fraser, la plus longue rivière de Colombie-Britanique et celle qui a contribué à la ruée vers l'or. Après un long bout de plat, on arrive dans un paysage digne des Laurentides et ensuite les montagnes montent en hauteur pour ressembler à celles des Chic-Chocs. Quiconque va en Gaspésie devrait passer par les Chic-Chocs et passer au gite du Mt-Albert. (Vous ne le savez peut-être pas mais Québec n'a pas eu les Olympiques, les montagnes n'étant pas assez hautes, mais les Chic-Chocs c'était parfait, juste trop loin).


photo : Michel Lebel

Retour en CB. On arrive à Hope, ville au milieu de nulle-part. Cette ville est juste située comme une ville-étape, avec plein d'hôtels et de motels. Elle est située juste au début ou à la fin (dépendamment d'où on vient) des montagnes. Donc, si la route est fermée en hiver, pas le choix de coucher à Hope et si on ne veut pas payer une fortune en allant vers l'ouest, en couchant à Vancouver, mieux vaut coucher là. Elle a la particularité d'accueillir des compétitions de tronçonneuse et plein de sculptures ornent la ville. C'est aussi la ville des scalsuash, mi homme mi singe, et il y'a un magnifique parc dans la ville et le long de la rivière Fraser.


photo : Michel Lebel

Souper dans un excellent restaurant canadien, qui détonne totalement des restaurants coréens et chinois de Vancouver. Étape facile finalement, je suis dans la très bonne moyenne et je monte les côtes passablement bien mais la règle, en début d'un long tour, c'est comme un marathon, le 1er km sur 42 on ne force pas. Demain on commence vraiment les montagnes par la montée d'un col de 1000 mètres.

La moyenne d'âge est de 60 ans, un couple est en tandem et un en vélo de montagne, tous les autres sur des vélos de route.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net