Boucle à Vancouver le 3 juillet

Michel Lebel

Vancouver, 4 juillet 2018

Pour le premier jour de vélo, il s'agit d'une boucle qu'on fait en ville. Vancouver est finalement une ville chinoise en territoire canadien, très propre avec un climat favorable. Ensoleillé ce mardi matin, 17°C, rien à voir avec la canicule de Montréal et c'est ensoleillé, fait plutôt rare ici.

Départ bien organisé où nous sommes seulement 9 cyclistes à parcourir cette boucle. Vancouver ressemble finalement à San Francisco par son dénivelé. On monte et descend les côtes, au gré du jour. Tout est propre et rangé, sans aucun nid de poule, comme aux USA et un peu le reste du Canada, mais nos élus québécois nous diront que c'est notre climat québécois qui rend nos routes toutes défoncées. Pas vu d'italiens ici pour arranger les routes et pas de cônes oranges non plus. Les ponts sont solides et ne semblent pas devoir être reconstruits. Ville très écologique.


photo : Michel Lebel

Une innovation cycliste est qu'ils ont bâti des voies cyclables via des longues rues, mais pour éviter que ces rues deviennent des autoroutes ils ont créé des intersections ou seul le cycliste peut passer tout droit. Fallait y penser, faudrait en parler à Mme Plante.


photo : Michel Lebel

Les maisons sont toutes en rangées et à 1 million l'unité, il n'y a que l'espace d'un homme entre 2 maisons. Mais tout est propre. Notre petit groupe est un peu indiscipliné à décider de suivre le parcours du GPS ou le parcours papier. Il y'a de petites différences, moi j'opte pour le papier, plus précis avec plus de détails. Le parcours papier de VQ est sur la coche, parfaitement précis. VQ a utilisé le parcours du voyage 2010 et l'a probablement corrigé, ce qui fait qu'il est presque à la perfection.


photo transmise par Michel Lebel

On visite le site de Canada Place où ont eu lieu les Jeux Olympiques et prenons là un excellent café, où on rencontre Denise, qui, toujours de bon conseil, nous recommande ce restaurant. Puis après c'est Stanley Park où j'en profite pour remplir ma bouteille d'eau du Pacifique pour éventuellement la déverser dans l'Atlantique.


photo transmise par Michel Lebel

Ensuite visite de Granville Island (un ancien bidonville transformé en un centre de foire) où je prends une photo et je perds le groupe qui avait décidé de rebrousser chemin durant la photo mais on se retrouvera une heure plus tard dans un restaurant (chère la vie à Vancouver : fish and chips avec bière à 35$). Ensuite on tergiverse pour choisir le bon chemin, celui du GPS ou celui du papier. Allez savoir ce qui se passe avec les GPS, à 15h00 les GPS rendent l'âme, faute d'alimentation. Heureusement j'ai un odomètre et je me sers du papier. À l'arrivée du 65 kms, qui a pris 9 heures à faire (tout le temps arrêté), on va à l'épicerie pour trouver quelque chose pour le souper et le supermarché en est un de produits coréens et chinois. On n'y a trouvé que du poulet aux ananas, plat typiquement chinois.

Vous savez probablement que Vancouver vit une bulle immobilière. Plein d'immeubles résidentiels y sont construits mais sont vides. Les investisseurs chinois ne comptent que sur l'augmentation des prix, pas besoin de locataires. Une entreprise du genre McDo annonce un salaire d'entrée à 17,50$ de l'heure. Ça ne se compare pas avec notre pauvre province (lire province pauvre). Des Vancouvérois ont trouvé des trucs, comme demeurer sur un plan d'eau car l'océan n'est pas un terrain taxable.


photo : Michel Lebel

ou bien de vivre dans la clandestinité dans le quartier East-Side


la plus grande piquerie du Canada
photo transmise par Michel Lebel


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net