Jour 77, 15 avril : Las Minas - Boquete

Michel Lebel

Réveil à la noirceur avant que mon cell sonne (il fonctionne encore) donc je cherche à tâtons la lumière et le cell, pas évident à la noirceur, mais j'y arrive.

En plus j'aperçois une bibitte sur mon lit, qui me pique quand j'essaie de l'enlever. Ne vous inquiétez pas, je vous écrit deux jours après l'événement et je n'ai pas rien, mais j'ai eu peur à toutes sortes de choses, vous savez que je suis hypocondriaque.

J'ai oublié de dire qu'hier la douche était avec eau chaude. C'est depuis le début du Panama qu'on se lavait à l'eau froide, pourtant le Panama est le pays le plus riche de l'Amérique Centrale et pas d'eau chaude... Et par une opération du St-Esprit, l'eau était chaude encore ce matin.

Petit-déjeuner excellent, avec des espèces de crêpes et du miel, moi qui traîne de la confiture en sachet depuis que je n'ai plus de sirop d'érable, au cas où.

En plus je sens que j'ai des bonnes jambes, mon auto-massage m'a fait du bien avec le relaxant musculaire. Aujourd'hui nous avons une petite étape de 50 kms mais avec un dénivelé de 1420 mètres, 20 kms de descente, 15 kms de plat et un col de 20 kms.

Première partie descendante, sur une belle route asphaltée, sans trous ni camions, un paradis pour les yeux et de superbes panoramas de montagnes. Après ça se complique, ça devient une piste cyclable sur le plat, juste avant 20 méchants murs à 20%.

Eh bien là je suis passé au petit plateau, et en plus je me sentais d'attaque. Dès qu'on annonçait un ponceau, c'était certain qu'un méchant mur nous attendait ensuite. Puis le nécessaire arrêt au 27e km, où pour la première fois j'ai pris une Redbull (quand-même, juste après 27 kms sur un parcours de 50 kms).

La 3e section était un col de 800m avec un petit pourcentage, dans les 7%. Mais avec un vent de face de 70 km/h ça change la perspective. Mais je me sentais bien et ma façon de rouler, en partant de la fin, a payé. À 10 km/h pendant 1h30 j'ai remonté presque tout le monde et j'ai terminé 4e sur les 39 participants. Tout un 50 km, qui s'est terminé dans un espèce de café moderne où j'ai englouti 2 cafés capucino glacés coup sur coup.

De la rambarde du restaurant, nous avons vu une multitude de koatis, des animaux du coin ressemblant à des ratons laveurs de chez-nous.

Descente en ville puis procédures habituelles à l'hôtel. Cette fois un véritable hôtel, avec douche chaude, pas d'air climatisé mais nous sommes à 1300m, il ne fait pas chaud.

La ville de Boquete est tempérée et est la capitale du café, dont nous visiterons des installations demain. Mais comme ce sera Pâques demain, on veut s'échanger des oeufs de Pâques, eh bien oubliez ça car ça n'existe pas ici, ni les lapins en chocolat. Nada.

La magnifique procession qu'on avait eu à Antigua, ici ça avait lieu jeudi (un Christ qui marche dans la rue, entouré de romains le flagellant etc.) Je ne veux pas savoir si c'est du vrai ou du faux, c'est l'événement, mais il est passé. On voit qu'il y aura une procession à 17h et comme je suis reporter pour la page facebook de la FFCT le dimanche on y va tous (le reporter du samedi et moi, avec les 3 photographes). Eh bien il y avait plus de photographes et de reporters que de processionnaires.


photo : Michel Lebel

Il s'agissait d'une procession pour femmes, pas de police, juste un crucifix, les femmes s'engouffraient dangereusement dans la circulation. Bon. La faune de journalistes est allée prendre une crème glacée, une bonne, de la gelatto italienne, dans un café.

Très belle ville touristique que Boquete. Le groupe au complet s'en va ensuite manger dans un joli restaurant, près d'un parc animé. Notre guide, bien sympa car il a passé 10 ans au Québec, et comme je pars le dernier à vélo, il me dit souvent « enweiye tabarnak ! » Il faut alors que j'explique à mes amis Français que ça veut dire « Démarre ! », avec un mot d'église.

Notre guide nous demande ce qu'on aura au souper et tout le monde répond « du riz avec des haricots ! ». Il confirme, et avec quel choix de viande (pollo ou pescado). Devant ça, et comme c'est un restaurant qui sert de la pizza, je vais voir Salvador, le chauffeur de camion (qui lui doit payer son repas) et qui me dit qu'il va se prendre une pizza et je lui demande d'en prendre une plus grande et de me garder 2 pointes. Ça faisait longtemps que j'avais envie d'une pizza ! Le hic c'est que finalement le pescado était tout à fait délicieux, et mes 2 pointes de pizza passablement ordinaires.

Retour ensuite dans cette ville, qui vaudra la peine d'être visitée demain.


photo transmise par Michel Lebel


Note du webmestre :
. à lire également : Ça décoiffe..., par Benoît Sauphenor et Carlo Ferrari
. la page facebook Mexique - Amérique Centrale à vélo 2017 de la Fédération française de cyclotourisme.

. Tous les récits de Michel sur sa traversée de l’Amérique Centrale en 93 jours de vélo


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net
depuis plus de 18 ans