Jour 75, 13 avril : Almirante - Silico Creek

Michel Lebel

Courte étape de montagne, mais spéciale.


photo : Michel Lebel

Comme nous avons changé d'heure et que je comptais sur mon voisin de chambre pour me réveiller, et que celui-ci avait oublié d'avancer sa montre, c'est notre voisin de l'autre chambre qui nous a réveillés (mon horloge interne ne savait pas qu'on avait changé d'heure). Donc branle-bas de combat pour être à l'heure. Quatre autres ont vécu la même chose.

Nous partons donc pour le petit-déj. J'avais pris soin la veille de m'acheter des brioches, en ne sachant pas ce que serait le petit-déj, qui a été finalement très bien.

La veille, j'ai reçu un commentaire du capitaine du GDPL 2016 qui disait qu'il est impressionné de notre levée de fonds. J'en profite pour remercier Diane, Christian, Mélanie, Sarah et Serge pour leur implication.

À notre arrivée, un comité d'accueil nous attendait, constitué d'une vingtaine d'enfants à qui nous avons serré la main et qui tenaient une banderole. J'ai bien apprécié et j'ai pris un petit bain de foule. Accueil chaleureux.

Comme je suis arrivé parmi les premiers, j'ai donné le nom des cyclistes suivants aux jeunes et ils ont pu dire « Allez xxxxx » en français aux arrivants.


photo transmise par Michel Lebel

Nous sommes dans une réserve indienne. Nous logerons dans les résidences des locaux. Il faut comprendre que l'eau pour la douche est un seau au-dessus de la tête et qu'il n'y a pas d'électricité et il ne fait pas trop chaud.

Donc douche suivi du repas à 13h00 et d'une sieste. À 15h30 visite de leur exploitation de cacao, source de revenus principale de la population du village.

Le cacao se trouve dans ce qu'on appelle une cabosse qu'on cueille dans les arbres. Ç'a la grosseur d'une noix de coco. Dans la cabosse, il y a des dizaines de pépins et dans chaque pépin il y a le cacao. Il est recueilli surtout d'octobre à décembre. Le mout est d'abord fermenté pendant 5 jours ensuite séché pendant une semaine dans un séchoir rudimentaire et ensuite passé au tamis. On se retrouve donc avec ce qui ressemble à des grains de café et qui sont ensuite passés au mélangeur manuel, ce qui donne une pâte. Cette pâte, mêlée à du sucre et de l'eau, donne un chocolat chaud ou un bloc de chocolat.

Lorsque vendu à l'état de cacao, il se vend 1.50$ US la livre car il est bio. Vendu en Suisse, car on n'ajoute pas d'éléments chimiques comme aux USA.

À 18h30, cérémonie de danse indienne, qui ressemble étrangement aux musiques indiennes de chez nous, et en rien à de la musique espagnole. Tout le matériel scolaire qui nous restait leur a été donné.

Puis le souper où nous avons eu des pâtes car demain ce sera une bonne journée de côtes, on retraversera les Rocheuses/Andes du coin, pour aller vers le Pacifique. Après souper je retourne à la chambre avec Carlo à la noirceur totale car j'ai oublié ma lampe frontale sur mon vélo.

J'en profite pour jaser avec le monsieur qui nous héberge. La maison est essentiellement dehors, dans laquelle courent des cochons et des poules. Les chambres sont au 2e. Il a 4 enfants, et à titre d'indien ils ont droit à l'école sur place, les infrastructures et même les professeurs qui y viennent enseigner. C'est de cette chambre que je vous écris, à la noirceur totale.

Distance parcourue : 43 km / Cumulé : 5051 km
Dénivelé positif : 840 m / Cumulé : 45 970 m


Note du webmestre :
. à lire également : Chez les Ngobe Buglé, par André Lenoble
. la page facebook Mexique - Amérique Centrale à vélo 2017 de la Fédération française de cyclotourisme.

. Tous les récits de Michel sur sa traversée de l’Amérique Centrale en 93 jours de vélo


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net
depuis plus de 18 ans