Jour 33, 2 mars : Tikal - El Remate

Michel Lebel

Avant-hier, lorsque nous avons quitté le petit parc dans lequel nous étions, il y avait des américains du Montana qui étaient là et qui détiennent ici 2000 acres de terrain avec plein de chevaux. Eh bien le gars est venu déjeuner le matin avec son cheval dans le restaurant.


photo : Michel Lebel

Ce matin voici le site où nous étions. Cet hôtel moderne avait un prix, soit internet qui ne marchait jamais, l'électricité interrompu à 21h30 et breuvages hors de prix mais bouffe excellente quoiqu'en petite quantité.


photo : Michel Lebel

Donc hier j'ai écrit mon texte à 22h00, à la noirceur totale, avec mon clavier lumineux et la lampe de mon cell. Ce matin congé, mais comme nous étions tous sur internet ça ne fonctionnait pour personne. J'en ai profité pour écrire des lettres de sollicitation de fonds pour le GDPL et je ferai quelques appels ce soir sur skype.

Nous sommes donc revenus à l'hôtel de la ville d'avant à El Remate. J'ai aussi appris ce matin que les journaux affirment que la poste guatémaltèque vient de faire faillite. Que va t-il arriver de mon colis? Il n'est pas parti. On me dit que le colis pourrait partir via Guatemala City et via Fedex à un coût de 100$US. Je crois que je vais le garder jusqu'à la fin avril. J'aurais bien aimé en faire cadeau à mon père en Floride mais ce n'est probablement pas possible.

J'aime bien les guatémaltèques (à part l'hôtel chic qui pratiquait des prix exorbitants) mais j'ai des doutes quant à la possibilité que ça émerge quand le service postal ne fonctionne même pas.

J'ai confié à Pedro les nouveaux pneus que j'ai achetés pour remplacer les pneus lisses qui venaient avec le vélo. Salvador, notre bout en train de chauffeur de camion, m'a demandé de faire don de mes vieux pneus à sa fille à notre arrivée à Panama et j'ai tout de suite accepté. Selon Pedro je vais voler demain, déjà que je me débrouille bien dans les montées. Mais demain nous aurons 25 kms de pistes avec de fortes montées, mais de routes défoncées longeant un magnifique lac.

En passant, vous ne le saviez pas mais mon photographe, Bernard, est un authentique CH'TI ! Vous vous souvenez du film Bienvenue chez les Ch'tis ? Mais il ne parle CH'TI que dans son coin de pays, le nord, où il pleut tout le temps, selon le film, mais pas selon lui. Selon Bernard (on l'appelle petit Bernard car nous avons 3 Bernard) dans une journée normale de vélo il roule en moyenne 180 kms. Donc il est loin de se donner à fond sur ce tour. Et il a fait Paris-Brest-Paris (1200 kms en moins de 90 heures) 8 fois. La devise dans le nord de la France est que le temps est toujours à l'amitié. Mais mes amis Français se demandent que peut vouloir dire l'expression CH'TI suivante: ti ch t'arconno té min coin?
(Note du webmestre: l'ami Daniel Fertin, qui habite Cambrai, nous traduit : toi je te reconnais, tu es de mon coin)

Distance parcourue : 35 km / Cumulé : 2 561 km
Dénivelé positif : 360m / Cumulé : 17 930 m


Note du webmestre :
. à lire également : Les aventuriers du MAC perdu, par André Lenoble
. la page facebook Mexique - Amérique Centrale à vélo 2017 de la Fédération française de cyclotourisme.

. Tous les récits de Michel sur sa traversée de l’Amérique Centrale en 93 jours de vélo


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net
depuis plus de 18 ans