Jour 26, 23 février - Chetumal - Corozal

Michel Lebel

Nous venons de passer au Bélize. Je ne connaissais pas le nom du Bélize avant ce voyage mais quand on m'a dit que ça s'appelait auparavant le Honduras Britannique je me suis rappelé que quand j'étais jeune il y a a eu l'Expo 67 et je collectionnais les drapeaux. Il y avait bien le Honduras et le Honduras Britannique. Il paraît, en passant, que ce jeu vaut une fortune aujourd'hui, mais j'ai rien gardé.

Le matin j'annonce au départ que nous avons une balance en kilos pour peser tout le mode et qu'on fera un petit concours amusant. Avant, j'en avais parlé à Roland de l'organisation, qui est bien d'accord.

20 kms pour atteindre la frontière, vite fait, quoiqu'on roule super lentement avec la police. Nous passons sans encombre la sortie du Mexique et suivons ensuite un espèce de corridor de ciment de 500 mètres pour se rendre à l'autre frontière, comme dans le film le pont des espions de Tom Hanks, et nous arrivons de l'autre côté.


photo : Michel Lebel

Un seul préposé, pour uns seule question banale, mais c'est long. Ensuite ils demandent de vider la camion donc on présume qu'on va tout va être fouillé. Surprenamment chacun passe avec son bagage, aucun appareil de rayon x et une question de temps en temps, aucun sac ouvert. Où est la logique?

Ensuite on repart doucement, Michel Cabard nous a dit que c'est le pays qui a le moins répondu aux demandes, donc il ne sait pas si on aura un accueil. Pour l'instant ça n'a pas de l'air, on aura donc plus de temps pour autre chose.

Je fais donc un peu de clean-up et de lavage (mon bouchon entre enfin dans le fond du lavabo). J'utilise skype pour des appels téléphoniques et la ligne est excellente. Je travaille pour le GDPL et le financement requis et j'ai parlé avec le bureau. Ensuite je monte un tableau de poids pour le groupe. En tout cas ça a bien pris, ça va mettre de l'ambiance, c'est pas qu'il n'y en a pas, mais ça va mettre du plomb dans le crayon. Demain nous aurons un petit 60 kms sur le plat.

Pour 6 jours ça se passera en anglais car ce pays de 320 000 habitants est l'unique pays d'Amérique centrale parlant anglais. Il est reconnu pour ses belles plages, le snorkeling et la plongée sous-marine. Je crois même que c'est un paradis fiscal mais je n'ai rien vu de tel autre qu'une succursale de la Banque Scotia. Les commerces sont annoncés en espagnol et les gens parlent anglais mais connaissent l'espagnol. Curieusement il y a plein plein de magasins chinois.

On verra donc demain ce que c'est que de rouler ici car après la frontière on arrivait à Corozal.


photo : Michel Lebel

Distance parcourue : 30 km / Cumulé : 2117 km
Dénivelé positif : 55 m / Cumulé : 15 355 m


Note du webmestre :
. à lire également : Adios Mexico - welcome to Belize, par André Lenoble et Daniel Lucot
. la page facebook Mexique - Amérique Centrale à vélo 2017 de la Fédération française de cyclotourisme.

. Tous les récits de Michel sur sa traversée de l’Amérique Centrale en 93 jours de vélo


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net
depuis plus de 18 ans