Jour 3, 31 janvier - San Jose del Pacifico - Pochulta (105 kms)

Michel Lebel

Aujourd’hui un traître dénivelé négatif de -2000m. Comme on est à  2400m, le matin on gèle, eh oui on est au Mexique. Nous sommes logés dans des petits chalets et on doit monter le bagage, pas évident. Il fait 5°C. Je mets donc tout ce que j’ai de chaud (toujours pas de doudoune) et des bas en guise de gants. Donc on part tôt, soit 7h30, et on va encore monter 400m pour ensuite redescendre sur 2000m. Quelques beaux village de montagnes parsèment la route. Progressivement on enlève la couche de vêtements. À un moment donné, de descendre comme ça, je cogne des clous, comme un automobiliste qui doit s’arrêter, et heureusement j’arrive à  un regroupement ce qui me permet de recharger les batteries.

Ensuite le lunch, dans un sympathique restaurant au km 55 dans une descente, un plat à  base de haricots. On repart et arrive à  un moment donné, à  un regroupement, un groupe de jeunes vient nous rejoindre pour rouler avec nous jusqu’à  la ville de Pochulta. On a droit à  un accueil du maire (qui tient à  me rencontrer car il connaît Montréal) et ensuite on visite une école où sont exposés les travaux des étudiants. À ma grande surprise j’y vois une salle d’échecs où les jeunes jouent. Ensuite nous sommes invités à  nous asseoir autour d’une salle et une vingtaine de jeunes entament une danse de style flamenco avec des jeunes pour illustrer la culture mexicaine. De voir le sérieux et le plaisir de ces ados interpréter leur chorégraphie m’impressionne beaucoup. Je pense à  M. Trump qui veut s’enfermer alors qu’il y a tant à découvrir de nouvelles cultures. À la fin quelques-uns sont invités à  danser.


photo : Michel Lebel

J’ai été renversé de l’accueil que nous avons eu dans cette école. Michel Cabart me dit que dans ces petites villes à  l’écart du tourisme ils n’ont pas beaucoup de visite et pour eux recevoir une délégation française c’est quelque chose ! Mais normalement mobiliser des ados ce n’est pas évident. J’ai donc une image du Mexique complètement différente des tout-inclus.

Ensuite direction de l’hôtel pour le dodo et j’en profite pour faire réparer mon vélo qui a un bruit bizarre dans le guidon. Pédro, le vélociste qui nous accompagne, s’en occupe parfaitement. De l’hôtel on va souper dans un restaurant, en partant en véhicule de police à  8 assis sur l'arrière du pick-up avec les sirènes, avec 3 motos derrière, comme des vedettes rock ou des prisonniers qu'on amène chez le juge !

Durant le repas on a un karaoké et comme je parle tout le temps on m’invite à  chanter la première chanson. Je suis gêné, car je n’en connais pas, donc je décide d’entonner la chanson C’est à ton tour de Gilles Vignault pour Pierre, dont c’est l'anniversaire. Ensuite Blandine, Coco et Pierre animent le karaoké par des chansons françaises.

Je promets de me préparer et d’entonner, à un moment donné, Gens du pays ! Belle soirée, dont je retiens le sourire des jeunes lors de notre accueil.


Note du webmestre :
. Tous les récits de Michel sur sa traversée de l’Amérique Centrale en 93 jours de vélo
. la page facebook Mexique - Amérique Centrale à vélo 2017 de la Fédération française de cyclotourisme.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net
depuis plus de 18 ans