Jour 18, 15 février - Sabancuy - Chapoton

Michel Lebel

Je crois que pour quelques jours nous serons en vacances, parcours courts, plats et pas de cérémonies officielles. Et en plus il ne fait pas chaud, autour de 32°C et sec.

Lever tard, 7h, on fait 20 kms pour se rendre à une plage où on dîne puis 50 kms jusqu'à Chapoton. Au dîner, plage avec mer et piscine, ça a plus l'air d'une expédition. On a photographié des colonies de pélicans en chemin. Au dîner j'ai nagé dans la mer avec un autre gars, Jean-Marie, qui a marché sur quelque chose qui l'a mordu. Pedro l'a amené à l'hôpital, il aurait été mordu par un mollusque, je ne savais pas que les mollusques mordaient. Il a des pilules à prendre.

Arrivée tôt à l'hôtel, donc marche en ville, piscine et souper. Selon André, le Guatemala ne sera pas de la tarte et le reste du voyage non plus, donc autant en profiter maintenant.

Demain nous irons à Campeche (réception avec le maire), une grande ville du Mexique, où nous aurons un jour de congé vendredi. Heureux aussi d'apprendre, via Gaby, que tout semble bien se passer côté travail.

Je vais donc travailler sur le GDPL en sollicitation de fonds. Le Grand défi Pierre Lavoie est très impliqué dans des projets favorisant la santé des jeunes par l'exercice. On a ajouté d'autres volets, même que des omnipraticiens donnent des prescriptions d'exercice à leurs clients et le GDPL assure le suivi. Dans notre équipe nous devions avoir une école primaire et une personne qui, soit avait eu une maladie et s'en remettait, ou quelqu'un en vice de forme. Imaginez vous donc qu'on a une école qui veut installer des pédaliers sous les bureau d'élèves de 6e année et montrer que ça aide les jeunes à performer en classe, particulièrement les TDAH. Et pour le 2e volet, on aura une greffée du rein (notre équipe est parrainée par l'association des médecins du rein) et même TVA va s'impliquer et planche pour passer un clip avant et après le GDPL en juin. En plus nous avons un entraîneur physique de haut niveau et une nutritionniste, donc le parfait encadrement pour notre greffé. Je vous indiquerai ultérieurement comment souscrire.


photo : Michel Lebel

Bon revenons sur l'expédition. Vous voyez ci-dessus mon vélo équipé. Il est assez lourd. Il est doté de mes pédales personnelles et de mon siège personnel. Les sacoches sont d'Arkel, un produit québécois (dont Louise, qui me lit, est co-propriétaire) et sont fonctionnelles et imperméables, recommandées par le grand boss, même si non vendues en France. J'ai jouté des cornes pour plus de confort aux mains car je trouve difficile de rouler contre le vent car on ne peut pas se baisser comme sur un vélo de route. J'ai aussi ajouté un miroir (rétroviseur pour les Français) au grand dam de John, puis l'odomètre et le GPS (qui ne sert pas, comme on suit la police). Les pneus sont cheaps et je vais les changer bientôt (avant le Guatemala) car j'ai déjà eu 3 crevaisons. Les freins sont des cantilevers et sont très efficaces. Le système de vitesse est de Shimano et les vélos ont été construits en Espagne. Il y a même une béquille. Pour les routes que nous avons c'est correct, des vélos de course ça n'aurait pas résisté ici, oui les routes sont pires qu'au Québec !

Il nous reste 10 jours au Mexique, je crois que nous irons à Chichen Itxa, près de Cancun.

Distance parcourue : 66 km / Cumulé : 1465 km
Dénivelé positif : 25 m / Cumulé : 13780 m


Note du webmestre :
. À lire également : Pédalos par Alain Lhommeau
. la page facebook Mexique - Amérique Centrale à vélo 2017 de la Fédération française de cyclotourisme.

. Tous les récits de Michel sur sa traversée de l’Amérique Centrale en 93 jours de vélo


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net
depuis plus de 18 ans