Jour 13, 10 février - San Cristobal - Ocosingo

Michel Lebel

Hier j'avais mentionné que nous n'allions faire que 70 kms pour 1500m de dénivelé mais je m'étais trompé c'était 2000m. J'ai rarement monté aussi longtemps la même côte toute la journée, ça me rappelait le Mont Lemmon en Arizona, que plusieurs doivent connaitre.

Comme nous sommes à 2400m, c'est le contraire, il fait frette, je me suis donc acheté hier une petite doudoune en plume d'oie, que j'aurais payé autour de 400$ à la Cordée mais que j'ai payé 520 pesos (35$) et qui vient de la même place, en Chine. Imaginez la belle marge de profit que font la Cordée et tous les autres.

C'est donc revêtu de celle-ci que je suis parti ce matin, il faisait 9°C comme en avril au Québec. Enlève quand tu montes, remets quand tu descends et pas de soleil. En plus, il faut parler des Topez (si Louise Hénault suit mes récits, elle sait ce que c'est). Simplement des dos d'âne, sauf qu'ils n'ont pas de standards sur la forme et ceux d'aujourd'hui étaient particulièrement méchants. Parfois il y en a 3 ou 4 de suite, parfois ils ne sont pas annoncés et comme c'est pour ralentir les autos eh bien ils sont dans les descentes. Une nouveauté aujourd'hui, un ravin au lieu d'un topez, mais on ne le voit pas. La consigne: ne jamais se laisser aller et freiner avant mais pas dessus.


photo : Michel Lebel

Un moment spécial a été notre arrivée dans la petite ville d’Oxchuc. Selon Michel Cabart c'est un événement exceptionnel car l'an passé il y avait la guerre civile et même des responsables de la ville ont été assassinés. Le discours était imprégné de ces événements et à peu près toute la ville nous attendait.


photo : Michel Lebel

On n'a pas le droit de prendre des photos de gens. Sur la photo ci-haut on voit une ligne de vélos et tout le monde nous regarde. Or Blandine, qui est institutrice, a tenté une approche et ça a marché, on a pu prendre des photos. Même Jean-Michel a fait des jeux de main, la police avait l'air surprise de ce déroulement. Dans cette ville il n'y a aucun touriste, encore moins à vélo.


photo : Michel Lebel

On repart ensuite pour essuyer une pluie, la première depuis le départ, avec les topez et la pluie, le setup parfait pour une chute. Bernadette est tombée, mais va bien apparemment. J'enverrai des photos de ces fameux topez.


photo : Michel Lebel

Ensuite up and down jusqu'à la ville d'Ocosingo ou une autre réception nous attendait. Michel Cabard semble ne pas savoir d'avance ce qui se fera, mais là il y avait une fanfare d'accueil avec des drapeaux français et en haut d'un promontoire un souper complet. Le hic c'est qu'on a un autre souper de prévu à l'hôtel. L'autre hic c'est qu'on est un peu gelé à cause de la pluie. On fera avec.

Denis dit qu'en France ils sont portés sur les cérémonies officielles et dans ce tour il y'en a pas mal mais, avec l'accueil chaleureux qu'on reçoit, on ne peut pas éviter. Ensuite petit arrêt imprévu, on a jasé avec une famille. La moyenne d'enfants pas famille est de 7. On a rencontré une jeune fille de 18 ans qui en était à son 2e. On a fait une photo de toute cette famille à laquelle l'organisation a donné des effets scolaires et suçons que nous avions tous apportés et mis dans un énorme sac.

Distance parcourue : 95 km / cumulé : 1048 km
Dénivelé positif : 1220 m / cumulé : 11670 m


Note du webmestre :
. À lire également : Cartes postales par Jean Marie Albert et Patrick Rossignol
. la page facebook Mexique - Amérique Centrale à vélo 2017 de la Fédération française de cyclotourisme.

. Tous les récits de Michel sur sa traversée de l’Amérique Centrale en 93 jours de vélo


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net
depuis plus de 18 ans