Le choix des cyclistes : Environnement Canada ou Météo Média ?

Ce matin, avant que ce soit 36°C à l'humidex, comme au moment d'écrire ces lignes (bien à l'abri à l'air climatisé), j'ai roulé dans la jolie campagne entourant mon domicile, contrée renommée pour ses bonnes rafales. Ce n'est pas par hasard que Kruger y a installé 44 éoliennes !

Au retour, par curiosité, j'ai vérifié la vitesse des vents, selon Météo Média. Résultat : 9 km/hre avec rafales de 14 km/hre. IMPOSSIBLE, se dit le cycliste !

Je vais alors voir ce qu'en dit Environnement Canada : vents de 26 km/hre avec rafales de 37 km/hre (lecture mise à jour 20 minutes plus tôt, soit alors que j'étais à compléter la randonné).

La réalité ressentie en selle est BEAUCOUP plus près de ce qu'annonce Environnement Canada !

Comme ce n'est pas la première fois que je constate des indications de vent hautement fantaisistes de la part de Météo Média, qui n'a quand même pas planté des anémomètres partout dans le paysage, j'avais vérifié en juillet dernier comment on procède pour mesurer et prévoir les vents. Voici la réponse reçue du chef météorologue, via la responsable des relations de presse :

« Notre approche combine deux sources d’information, celle provenant des stations météorologiques standards d’observation de surface et celle provenant d’un modèle numérique de haute résolution. Ce modèle simule la vitesse et la direction des vents entre les stations météorologiques. Ainsi, combinées aux données recueillies à partir des anémomètres des différentes stations météorologiques, il nous est possible d’estimer la vitesse et la direction des vents dans les régions qui ne sont pas à proximité des stations météorologiques.

Comme vous le savez, le vent peut souffler de façon localisée et est très variable. Ainsi, les données sur la vitesse et la direction des vents provenant uniquement des stations météorologiques avec anémomètre peuvent varier selon l’endroit. En effet, celles-ci peuvent être influencées par des effets locaux dus à la morphologie du terrain et peuvent donc ne pas représenter les conditions réelles quelques centaines de mètres plus loin. »

Alors je ne sais pas si la morphologie du terrain s'est transformée lors de mon passage à haute vitesse ou si le modèle mathémathique a déraillé sous l'effet de la chaleur, mais ce matin Météo Média était dans le champ et pas qu'un peu !

Par contre, j'apprécie beaucoup les prévisions horaires de pluie de Météo Média, par code postal. C'est étonnamment juste ! Ils arrivent presque à prévoir de quelle côté de la route il va pleuvoir !


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net
depuis plus de 18 ans