Isabelle Richer est sortie du coma

Des amis de la journaliste Isabelle Richer ont affiché sur facebook ce 29 juin:

Chers amis d'Isabelle, voici le bulletin de santé rédigé dimanche par sa soeur Geneviève qui est médecin.

Aujourd'hui, jour 2 post-trauma:

Isabelle est maintenant dans le confort d'un lit des soins intensifs. Elle est sous perfusion d'analgésie et de sédatifs afin d'éviter qu'elle s'agite et surtout qu'elle se remue la colonne cervicale.

Toujours intubée et sur respirateur, elle semble dormir paisiblement.

Elle est sous les soins d'une charmante neurochirurgienne, Dr Marcoux, qui est venue ce matin mettre à jour son statut neurologique par un examen détaillé. Une fois les sédatifs cessés, on a ordonné à Isabelle d'ouvrir les yeux et ça n'a pas marché du premier coup. Il a fallu la voix de mon père pour la faire obéir, et elle l'a regardé très clairement. Pas de façon vague ou aléatoire. Un vrai regard dirigé.

Elle a ensuite répété l'épreuve avec le médecin et orientait son regard vers la voix qui lui ordonnait de le faire.

Donc tout ça est très bon signe.

Elle bougeait aussi les jambes et a même poussé la désinvolture jusqu'à décider de carrément les croiser une sur l'autre, ce qui démontre une réelle intention du cortex cérébral et non seulement une posture réflexe.

Le médecin tentait d'induire des mouvements volontaires des membres par des stimuli douloureux, ce qui fonctionnait mais non pas sans visiblement irriter Isabelle qui fronçait les sourcils.

Alors lorsque Dr Marcoux lui a demandé de montrer deux doigts, je craignais, connaissant le caractère de ma sœur, qu'elle lui montre ses deux majeurs en l'air! Mais elle est restée polie et digne dans l'adversité, et a plutôt courtoisement fait un signe de "peace" avec chacune de ses mains.

Nous voilà rassurés, car tout ça confirme qu'elle est définitivement sortie du coma!

La prochaine étape consistera donc à la débarrasser de son tube endotrachéal dès qu'on aura l'aval des orthopédistes qui s'occupent de sa colonne cervicale. S'ils jugent que les fractures vertébrales sont assez stables, on va pouvoir conserver le collet seulement et lui éviter toute une quincaillerie interne et externe, ce qui permettra l'extubation à plus court terme.

À partir de là, on pourra commencer à l'asseoir et selon son état de conscience, à la nourrir progressivement.

Lorsqu'elle sera stable médicalement, (il y a encore sa fracture du coude gauche à fixer) elle sera d'abord transférée dans une chambre à l'étage, hors des soins intensifs, puis rapidement ensuite en réadaptation afin d'intensifier son retour à une vie le plus fonctionnelle possible.

Elle sera vraisemblablement à l'institut de réadaptation de Montréal, où physio, ergo et orthophonistes s'acharneront sur elle pour nous la ramener comme avant. Mais ce sera long et laborieux.

C'est à travers cette période de convalescence qu'Isabelle bénéficiera sans doute le plus de notre support collectif.

Le chemin vers la réhabilitation sera sûrement une épreuve pour notre chère Isabelle, habituée d'être si férocement efficace et indépendante.

Elle devra apprendre la patience et la résilience. Tout comme nous d'ailleurs. Nous le ferons solidairement.

Merci à tous,
Geneviève

Note du webmestre : nous avons eu le plaisir de rouler en compagnie d’Isabelle Richer et de son conjoint pendant quelques jours au Vermont à l’été 2010. Nous pouvons vous confirmer qu'elle est une cycliste aguerrie. Et super gentille en plus !

La page facebook Des nouvelles d'Isabelle


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

veloptimum.net
depuis plus de 17 ans