David Veilleux : « Dans la descente il y a même eu une cassure ! »

« Cette 4e étape, longue de 145km, nous amenait de Rousset jusqu'au sommet de Mont Faron, qui se trouve en bordure de Toulon. Le mont Faron est une ascension de 5km à 10% en moyenne. La course allait donc se jouer dans le final, mais aussi dans l'ascension du Col de Garde qui se trouvait juste avant. En effet, une fois au sommet de ce dernier, nous empruntions une descente rapide et technique qui nous déposait directement au pied du Faron. Il était donc primordial d'être bien placé au sommet du Col de Garde puisqu'il n'était pas possible de se replacer dans la descente.

Dès les premiers kilomètres de course, la formation Blanco a pris en charge la tête du peloton et a laissé partir un groupe d'échappée de 9 coureurs. L'écart s'est maintenue autour de 3 minutes tout au long de la course et il s'est réduit à l'approche du Col de Garde.

Nous avons monté ce col très rapidement. J'ai essayé de me tenir près de mes leaders, mais il était difficile de rester ensemble. J'ai réussi à m'accrocher dans le groupe de tête, mais cela voulait aussi dire que j'étais en mauvaise posture pour attaquer le Faron. Dans la descente, il y a même eu une cassure dans le groupe ce qui veut dire que j'étais déjà derrière. Ce n'était pas très grave puisque je n'avais aucunes ambition sur un final qui convenait à des grimpeurs purs. J'ai donc monté à mon rythme et je suis satisfait de mon ascension. J'ai terminé l'étape en 62e position, à plus de 3 min 30sec du vainqueur. »


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?