David Veilleux : « Premiers kilomètres un peu difficiles »

« Durant la fin de semaine, j'ai participé au Tour du Haut-Var dans le Sud de la France, qui se déroulait sur deux jours. Pour la première étape, nous avions à faire un total de 157km. Les premiers 125km étaient en ligne et comprenaient quelques difficultés, mais rien qui ne pouvait décider de la course. Par la suite nous avions 5 tours à faire dans la municipalité de La Croix Valmer sur un circuit qui comprenait un long faux plat jusqu'au fil d'arrivée.

Je dois dire que ma course était mal partie avant même que le départ ne soit donné. En effet, vendredi, lors d'un entraînement d'avant course, j'ai effectué un petit sprint pour me débloquer les jambes. En changeant de vitesse durant mon sprint, ma roue arrière s'est bloquée et j'ai perdu le contrôle de mon vélo. J'ai alors lourdement chuté. J'étais bien sonné et j'ai des blessures sur le côté gauche, mais je n'ai rien de cassé.

Les premiers kilomètres de l'étape on été un peu difficiles puisque j'étais courbaturé, mais après quelques kilomètres et quelques efforts je me sentais assez bien sur le vélo. Une échappée de 3 coureurs a rapidement pris 4min d'avance. Derrière les équipes ont roulé et nous les avons reprises avec plus de 50km à faire. Il y a alors eu plusieurs attaques et j'ai suivi les coups. À un moment, nous nous sommes retrouvés à une quinzaine devant, mais la cohésion n'était pas là. J'ai alors attaqué pour relancer le groupe, mais nous n'avons pas été en mesure de créer un écart significatif.

Une fois sur le circuit final, mon équipe et moi sommes resté bien aux avants poste et nous étions toujours représentés dans les groupes d'attaques. À deux tours de la fin, j'ai tenté de m'échapper avec 4 autres coureurs, mais la formation BMC avait déjà pris en charge la tête du peloton et nous avons été repris un peu plus loin. La course s'est donc jouée au sprint et, dans le final, j'ai eu de la difficulté à fournir le dernier effort pour m'accrocher au peloton principal. Je termine donc à 21 sec du vainqueur en 54e position.

Le lendemain, nous avions une étape très difficile au menu. Nous avions à parcourir 207km aux alentours de Draguignan et nous avions plus de 3000m d'ascension à compléter. Dès le départ, nous avions une quinzaine de kilomètres en prise, dont un col de 5km a 4-5%. La course est partie très vite et un groupe de 29 coureurs s'est formé après seulement une dizaine de kilomètres. C'était une bonne situation pour nous puisque nous avions Pichot, Cousin et Voeckler devant. Pour ma part, j'ai eu de la difficulté à me mettre dans le rythme. Je ne me sentais pas super et je me sentais courbaturé de ma chute.

La formation Garmin-Sharp s'est chargée de ramener le groupe, mais devant un groupe de 15 comprenant Pichot et Cousin s'est détaché de nouveau. C'est alors la Saxo Bank qui a contrôlé la course. Au fil des kilomètres, ils se sont rapprochés de l'échappée et la course s'est jouée dans la dernière ascension de la côte des Tuillières, à 15km de l'arrivée. À l 'approche de cette côte importante, j'ai aidé mon coéquipier Vincent Jérôme à se replacer dans le peloton. Durant la course, j'ai été capable de suivre le rythme mais les accélérations dans les Tuillères ont eu raison de moi. J'ai terminé l'étape à 2min 40sec du vainqueur.

Malgré ma chute de vendredi, je suis satisfait de ma course. La condition est bonne mais il me manque encore des jours de course pour pouvoir suivre dans les moments importants. La fin de semaine prochaine, le type de course va complètement changer alors que je vais prendre part à la première Classique belge de la saison, soit le Omloop Het Nieuwsblad. »


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?