24 janvier 2009

À compter d'aujourd'hui, notre journaliste Katia Bussière
prend part à la Traversée de la Gaspésie en ski de fond,
une aventure humaine et sportive de 300 km,
sur sept jours, entre Montréal et Gaspé


Claudine Roy, fondatrice de la Traversée de la Gaspésie et skieuse expérimentée,
à bord du bateau CTMA Vacancier qui, tout le long du fleuve et dans le golfe du Saint-Laurent,
transportera les 300 skieurs d'une destination à l'autre, entre Montréal et Gaspé.
photo : Katia Bussière

Une aventure humaine et sportive

Au cours des sept prochains jours, 300 skieurs de fond animés par le goût de l’aventure, le dépassement de soi et l’esprit de camaraderie effectueront la Traversée de la Gaspésie, un parcours de 300 km entre Montréal et Gaspé.

Pour la première fois dans l’histoire de la Traversée, les skieurs entreprendront leur périple à Montréal, dès ce matin, à 9 h. Durant cette première boucle de 30 km, les participants s’activeront le long du canal Lachine et sur la piste des Berges.

Demain matin, les fondeurs seront en action à Québec, précisément sur les plaines d’Abraham et la promenade Samuel-De Champlain, dans des parcours de 15 km ou de 20 km. Les skieurs découvriront les paysages de la Gaspésie durant les cinq jours suivants, de Sainte-Anne-des-Monts jusqu’à Gaspé, en passant par Carleton, Paspébiac et Chandler.

Les organisateurs de l’événement ont nolisé le bateau de croisière CTMA Vacancier, à bord duquel les skieurs dormiront toutes les nuits de la Traversée. Jamais dans l’histoire du pays un bateau de croisière n’a accosté à Montréal ni à Québec en hiver. Après leur journée de ski, les participants auront droit à des conférences et à des soirées d’animation sur le bateau. Une cinquantaine de bénévoles, dont des motoneigistes, assureront le succès de la Traversée.

Comme la Gaspésie célèbre ses 475 ans d’histoire cette année et que la Traversée fait partie des événements officiels, plusieurs personnalités québécoises ont accepté de chausser leurs skis, comme les explorateurs Bernard Voyer et Jean Lemire, et notamment les comédiens Christian Bégin, Sophie Faucher, Brigitte Paquette et Geneviève Bilodeau.

Gagnant en popularité, la Traversée, qui en est à sa septième édition, accueillera cette année des Français, des Belges, des Danois et des Espagnols.

Deux pionniers
La Traversée de la Gaspésie (TDLG) est l’oeuvre de Claudine Roy et de Thierry Pétry, deux fondeurs émérites qui, en 1984, ont parcouru le Québec en ski de fond, une aventure de 2000 km entre Gaspé et Hull, sur 35 jours. En 2003, ces deux sportifs ont invité des amis skieurs à venir découvrir la Gaspésie, créant ainsi la TDLG.

Leur but ? Faire rayonner la communauté gaspésienne. « Je suis passionnée par mon pays, la Gaspésie, et je veux que les participants découvrent l’accueil légendaire des Gaspésiens. On entend souvent des préjugés sur la région » , raconte Mme Roy, une dynamique femme de 53 ans, bachelière en éducation physique.

La Traversée, à ses yeux, est un « grand événement humain ». « La Traversée, c’est une famille d’amis. Les gens tissent des liens et reviennent d’année en année. Tout le monde a son histoire. C’est un mélange de culture, de social et de sport. Les gens en profitent au maximum. On ne dort pas beaucoup ! », dit-elle.

La Traversée n’est pas une compétition, précise Mme Roy. Chaque personne y va à son rythme. «Si, pour un skieur, faire 15 km représente tout un défi, ce sera son défi à lui», souligne-t-elle.

Pour suivre l’aventure de la TDLG en direct : www.brisebise.ca/tdlg


Ampoules, froid et… bien-être!

« N’oublie surtout pas d’apporter des pansements pour les ampoules ! »

Katia Bussière

« On n’est pas habitué de skier durant plusieurs jours consécutifs. Tout le monde fait des ampoules » , prévient Marie-Claire Bélanger, une sportive de 33 ans originaire de Québec qui a effectué la Traversée de la Gaspésie en ski de fond, en 2005. Premier conseil retenu !

Cette fondeuse émérite, jadis membre du club Nordique Mont-Sainte-Anne, avoue que la Traversée est un défi très difficile qui fait appel au dépassement de soi. « Tous les muscles sont sollicités. Surtout dans les Chics-Chocs, où il y a beaucoup de côtes. La Traversée est aussi une occasion de se remettre en forme. Passer une semaine dehors permet de bien poursuivre l’hiver », affirmet-elle.

Et que dire de la météo ! « Des journées froides, il y en a. Même à - 25 ° C, tu prends le départ », ajoute-t-elle. Selon les organisateurs de la Traversée, la moyenne des 12 dernières années, à pareille date, a été de - 10 ° C. Allez, c’est le temps de la prière !

En plus du défi physique, il y a l’aventure humaine. Plusieurs skieurs parlent même d’un voyage initiatique. « La Traversée est une occasion de se retrouver avec soi-même, de réfléchir et d’admirer les paysages paisibles. En bout de ligne, la Traversée fait du bien » , commente la sportive.


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive