24 décembre 2009

Le Refuge est sauvé !

Skieurs et raquetteurs, le père Noël ne vous a pas oubliés et son cadeau ne se trouve pas sous votre sapin. Regardez plutôt dehors puisque la station de ski de fond Le Refuge, à Saint-Adolphe, demeurera ouverte en dépit du spectre de fermeture définitive qui planait depuis de longues semaines.

En octobre dernier, Bill Dobson, propriétaire du Refuge, annonçait à ses membres que faute de moyens financiers et d’énergie, il se résignait à mettre la clé dans la porte au 31 décembre, à moins de vendre son petit joyau. Faute d’acheteurs sérieux, la consternation devenait de mise.

Incapables de se résoudre à accepter le sort qui attendait « leur » Refuge, des membres et d’autres skieurs ont tenu une rencontre au sommet. Ils étaient au nombre de 27 avec une seule idée commune : sauver le Refuge.

Voilà qui est fait! En date du 16 décembre, les papiers officiels ont confirmé que la station de ski de fond demeurerait ouverte, passant sous la gestion d’un organisme sans but lucratif (OSBL) à compter du 2 janvier. Afin de procurer à l’organisme le fonds de roulement nécessaire pour mener à bien toutes les opérations, les abonnés saisonniers sont appelés à débourser 300 $ par famille et 150 $ sur une base individuelle.

« On ne pouvait pas laisser aller ça tout bonnement. C’était impensable. Tous les gens présents à la rencontre étaient intéressés à s’impliquer d’une façon quelconque pour la survie », confie JeanPierre Bouchard, président de l’OSBL. Services maintenus
C’est donc dire qu’à compter du 2 janvier, Bill Dobson louera son petit bijou de la nature au groupe. À sa tête, Jean-Pierre Bouchard y a chaussé les skis dès les premiers balbutiements de l’endroit, en 1969. Il y est membre en règle depuis 1974.

« Mes enfants sont pratiquement venus au monde avec des skis dans les pieds au Refuge! », illustre-t-il. Quand tu as passé une partie de ta vie en famille dans cet endroit magnifique, tu veux juste que ça reste ouvert », poursuit celui qui souligne que, sans l’implication bénévole de plusieurs dans toutes les facettes de l’exploitation du Refuge, cette bonne nouvelle serait impossible.

En effet, tous les services offerts, dont la restauration, le traçage des pistes, l’accueil et la boutique, seront maintenus.

« Il y a eu une volonté extraordinaire de tout le monde là-dedans. Il était minuit moins 5 et le Refuge était plus que sur le respirateur artificiel », raconte M. Bouchard, non sans émotion.

Potentiel à développer
Pour le moment, l’OSBL chapeautera les opérations pour la saison. En cours de route, les options pour le futur seront toutes étudiées.

« Va-t-on continuer sous la formule actuelle? Va-t-on former une coopérative? On en saura davantage pendant l’hiver. Chose certaine, on veut établir une belle collaboration avec la ville de Stoneham. C’est essentiel! », insiste M. Bouchard.

Quant aux skieurs, concrètement, tout sera au beau fixe comme à l’habitude en janvier. Les membres de l’OSBL aimeraient bien exploiter davantage tout le potentiel de l’endroit à plus long terme, mais n’altéreront en rien le cachet rustique de l’endroit.

« Il y a bien du développement à faire, mais chose certaine, il n’est pas question qu’on change nos petits sentiers par des autoroutes. On sait très bien ce que les gens aiment du Refuge. »


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive