5 octobre 2009

Sa valeur marchande est à la hausse

Ramsau, Autriche - L’ascension fulgurante d’Alex Harvey dans l’élite internationale du ski de fond pourrait donner la même tangente à sa valeur marchande.

Dans un marché qui s’émoustille difficilement pour la commandite d’athlètes olympiques, Red Bull a récemment cogné à la porte du jeune fondeur. Pour garnir son mince carnet de commandites au Canada, qui comprend déjà le skieur Érik Guay et le défenseur des Flames de Calgary Dion Phaneuf, la multinationale autrichienne a dans sa mire Harvey et le patineur de vitesse Olivier Jean.

Jusqu’en 2018
Le jeune athlète, qui négocie seul ce projet de partenariat, s’inspire de conseils fournis par Marcel Aubut et d’amis de la famille. « Je ne veux pas que ça s’arrête avec les Jeux olympiques de Vancouver. Je préfère travailler sur quelque chose qui couvre à long terme », explique le jeune athlète québécois, sans dévoiler la valeur de l’entente imminente.

Les études en droit se feront au compte-gouttes pour longtemps.« Je ne suis pas pressé de terminer mon bac, tout simplement parce que je ne veux pas travailler avant d’avoir terminé ma carrière », explique Harvey, qui suit deux cours à distance pour la session d’automne.

Après les Jeux de Vancouver en 2010, il a assurément Sotchi en 2014 et sans doute ceux de 2018 dans sa mire. « Si je vois que je stagne, ou ça se peut même que je sois écœuré, ça me mènerait à 30 ans en 2018. C’est à peu près au même âge que mon père avait pris sa retraite. »

Skis en abondance
Le fabricant de skis Fischer soigne bien son ambassadeur numéro un au Canada. Alex Harvey disposera d’une collection de 30 à 35 paires, à quelque 300 dollars pièce, pour faire sa saison.

Pour éviter de trimballer toute cette quincaillerie d’une ville à l’autre, elles sont toutes entreposées chez l’un des farteurs de l’équipe nationale, Yves Bilodeau, qui habite en France.


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive