5 mai 2009


En "une" du Journal
photo : Daniel Mallard

Vancouver - Étoile montante du ski de fond au Canada, Alex Harvey subit les conséquences pour sa préférence à s’entraîner à Québec plutôt que dans l’ouest canadien. Le comité de haute performance le retire de l’équipe de la Coupe du monde et c’est recalé dans l'équipe de développement qu'il devra se préparer en vue des Jeux olympiques de Vancouver.

« Alex devait encore choisir de déménager dans l’Ouest pour s’entraîner, alors qu’il a pourtant réussi à se qualifier pour les Jeux olympiques en demeurant ici, avec les autres athlètes du Centre national Pierre-Harvey. On commence à être tanné de ça et même déçu. À ce que je sache, on travaille pour le même système canadien », se limite à dire Louis Bouchard, entraîneur du centre national, appelé à commenter l’information obtenue par le Journal.


La page 79 du Journal de Québec
photo : Daniel Mallard

« Pas d’exception »
Selon certains détails de cette décision entendus dans les corridors de la Série de l’excellence olympique, en fin de semaine à Vancouver, les décideurs du comité haute performance de Ski de fond Canada ( SFC) souhaitent regrouper tous leurs athlètes de la Coupe du monde dans un seul et unique groupe d’ici aux Jeux. Un premier camp d’entraînement à Silver Star, dans deux semaines, lancera une série d’autres rendez-vous du genre qui amènera la crème des fondeurs à Canmore, début juillet, en Nouvelle-Zélande au mois d’août, puis en Californie à la fin de septembre.

Or, il appert que le skieur québécois aurait accepté de couper la poire en deux en s’installant temporairement durant six semaines à Canmore, durant l’été, ce qu’il n’avait pas fait l’an dernier. Cette concession de sa part ne semble pas avoir convaincu le nouvel entraîneur de l’équipe, le Norvégien Inge Braten, embauché il y a un mois. Relégué à un statut dans « l’équipe B », Harvey perdra ainsi tout le support financier pour participer aux épreuves de la Coupe du monde, pour lesquelles il répondait pourtant aux critères.

« Ce n’est pas une question d’argent. À la base de cette décision, c’est la structure de notre programme. On ne peut pas se permettre de faire des exceptions », explique le directeur de la haute performance, Thomas Holland, qui dit ne pas avoir fermé les discussions avec l’athlète et son entraîneur québécois.

Comme il y a quatre ans
Double médaillé de bronze durant la dernière saison de la Coupe du monde, en dépit de son jeune âge (20 ans), Harvey avait récemment réitéré son souhait de demeurer chez lui pour entamer le crucial entraînement estival. Il y a quatre ans, refusant de s’exiler à Canmore, il avait là aussi été privé d’un support financier par la fédération nationale.

Harvey a appris cette décision de Ski de fond Canada, la semaine dernière, quelques jours seulement avant de s’envoler pour des vacances à l’extérieur du pays. Il nous a donc été impossible de le joindre pour obtenir sa réaction. À son retour chez lui cette semaine, tête reposée ou non, les mêmes soucis liés à cette rétrogradation imposée l’attendront.

« On reproche à Alex de ne pas respecter la politique du programme. Pourtant, tout ce qu’il souhaite, c’est de continuer à travailler avec le seul entraîneur (Louis Bouchard) qui peut le servir dans sa langue maternelle. A-t-il obtenu les résultats pour adhérer au programme de l’équipe de la Coupe du monde ? Hé ! Il s’est même qualifié pour les Jeux olympiques ! », s’indigne une source anonyme et concernée par la controverse.

Même sans neige, une tempête s’annonce.


photo : Daniel Mallard
cliquez sur la photo pour voir l'agrandissement


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive