29 janvier 2009


Le représentant de RueFrontenac.com s'est fait photographier, comme tous les autres fondeurs
de la TDLG, devant le rocher Percé assiégé par la neige et les glaces.
photo : courtoisie TDLG

Enfin sur les skis

Des articles de Martin Smith

CHANDLER, Gaspésie - Il s'est à peine passé trois heures entre l'accostage du CTMA Vacancier au quai de Chandler et le départ des quatre autobus de fondeurs de la TDLG en direction du village de Saint-Isidore-de-Gaspé, mais ça piaffait d'impatience de renouer avec l'aspect sportif de la Traversée de la Gaspésie en ski de fond.

C'est bien beau, la vie à la sauce « La croisière s'amuse » avec, en primeur, Isabel Richer qui nous sert des petits fours de son cru, mais encore faut-il contenter aussi l'appétit de ces voraces fondeurs qui ne demandent qu'à affronter la trentaine de kilomètres de ski au menu de la troisième journée de la cuvée 2009 de la TDLG.

Tous ont été servis avec un parcours débutant dans les sentiers du club de ski de fond de Saint-Isidore et se terminant au célèbre restaurant La Maison du Pêcheur, à Percé, propriété du non moins célèbre député provincial et ex-maire de Percé Georges Mamelonet.

On y servait un petit vin chaud, légèrement parfumé à la cannelle et à l'orange, qui a bien fini cette première journée en Gaspésie.

Néanmoins, cette aventure enivrante qu'est la TDLG a aussi des volets social et culturel qui ont de nouveau pris une place importante au cours de la journée.

Je vous raconte deux anecdotes à ce sujet.

La première s'est déroulée dans un petit vallon derrière le button qu'il fallait monter pour ensuite se laisser glisser doucement vers le rendez-vous incontournable avec des gens d'une gentillesse et d'une hospitalité extraordinaires, ceux et celles qu'on surnomme les « gens du Val ».

Un monsieur arrête notre trio de fondeurs pour prendre une photo-souvenir et demande rapidement : « Falardeau, y est-tu là ? »

Ayant participé à deux Traversées dans le passé, Pierre Falardeau a marqué l'imaginaire des gens de la région comme il le fait toujours avec son franc-parler, son indifférence quant à ce qu'on pense de ses opinions radicales et son amour inébranlable pour le pays du Québec.

Falardeau est venu saluer les gens de la TDLG peu avant que le CTMA Vacancier ne quitte la métropole. Il était visiblement peiné de ne pouvoir se joindre au groupe. « J'ai eu de la misère à faire cinq kilomètres en ski dernièrement, je ne peux pas me lancer dans la Traversée en ce moment », a-t-il dit.

Le représentant de RueFrontenac.com lui a demandé s'il ne craignait pas qu'une de ses chroniques de l'hebdomadaire Ici, propriété de Quebecor, ne finisse par aboutir dans les pages du Journal de Montréal.

« Il n'en est pas question, a-t-il répondu. Si jamais une de mes chroniques est publiée dans un journal en conflit de travail, je t'autorise à venir chez nous pour me tuer ! »

N'ayez crainte, je ne ferai jamais ça, car je voue un respect total et inconditionnel à Pierre Falardeau.

Dernière heure
Une tempête de neige, accompagnée de vents très violents (90 à 100 km/h), doit débuter vers minuit dans la baie des Chaleurs. Le CTMA Vacancier quittera donc Chandler vers 23h pour aller se réfugier dans la baie protégée de Gaspé. Rester amarré au quai de Chandler pourrait causer des problèmes énormes puisque les vents vont pousser les glaces du golfe vers la baie des Chaleurs et causer des embâcles monstres qui pourraient emprisonner le navire pendant une période prolongée.

Étonnamment, il y a 475 ans, Jacques Cartier avait aussi dû trouver refuge dans la baie de Gaspé alors qu'une tempête s'abattait sur la baie des Chaleurs !

_________________________

Note du webmestre :
Rue Frontenac est la publication des journalistes mis en lock-out par la direction du Journal de Montréal, qui continuent, malgré tout, à couvrir l'actualité, pour notre plus grand plaisir.


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive