29 janvier 2009


En Gaspésie, quand ça monte dans les pistes, ça monte longtemps! Même chose dans les descentes. .
photo : Katia Bussière

Traversée de la Gaspésie à ski de fond

Les kilomètres gaspésiens

Ils ont le sens de l’humour ces Gaspésiens ! Selon le programme du jour, vous ferez 32 km de ski de fond. En réalité, vous vous en taperez 42 !

On appelle ça des kilomètres gaspésiens. L’expression est monnaie courante parmi les skieurs qui participent d’année en année à la Traversée de la Gaspésie. Maintenant, une fille avertie en vaut deux !

Après la pancarte qui indique qu’on a fait 30 km, on présume qu’il en reste deux. Au bout de ces deux kilomètres, on s’informe auprès d’un motoneigiste, constatant que la fin… n’est pas finie. « Il vous en reste encore deux, madame. C’est presque terminé. Bonne fin de journée », dit-il sur un ton encourageant.

Après cet ultime effort, croyant enfin pouvoir se déchausser et s’asseoir bien au chaud, un second motoneigiste confirme qu’il reste encore deux kilomètres. Et ainsi de suite !

« Vous voulez qu’on vous amène jusqu’à l’arrivée ? », me demande un quatrième motoneigiste. « Non merci, je veux terminer ce parcours sur mes deux skis », lui répondis-je. Après tout, il ne reste que deux kilomètres !

« On réserve toujours de petites surprises comme ça. Parce que si on dit qu’il va y avoir 42 kilomètres, peut-être que les skieurs ne voudront pas partir ! », lance Claudine Roy, organisatrice en chef de la Traversée, sur un ton humoristique.

Parcours fabuleux
Ces nombreux kilomètres dans les pistes de Saint-Isidore, Val-D’Espoir et Percé ont vraiment valu la peine. Vous voulez de longues côtes, vous allez être servis ! Quand ça monte, ça monte longtemps. Même chose dans les descentes.

À Percé, outre le promontoire qui permet d’avoir une vue splendide sur le fleuve, le moment le plus marquant est lorsque le fameux rocher se pointe enfin sous nos yeux.

À la hauteur
Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Gaspésiens sont à la hauteur de leurs kilomètres. On obtient toujours le maximum. Leur gentillesse et leur accueil sont exemplaires.p> Tout au long du parcours, mercredi, ils étaient là pour encourager et discuter avec les 300 skieurs. Après 15 km, à Val-D’Espoir, une fête attendait les participants à l’église du village. Animation, nourriture en abondance, chants, musique, discours : tout y était.

Direction Gaspé
Comme il annonce une tempête de 25 centimètres de neige et des vents avoisinant les 100 km/h, aujourd’hui, le capitaine du CTMA Vacancier, Bernard Langford, a pris la décision de mettre le cap sur la baie protégée de Gaspé.

« L’esprit de l’expédition est totalement là. C’est positif. On s’est fait prendre dans les glaces. Là, il y a un élément nouveau (la tempête). Ça montre à quel point il faut avoir une ouverture », affirme l’explorateur Jean Lemire.

Néanmoins, si le temps le permet, des activités extérieures pourraient figurer au programme.


29 janvier 2009


Les comédiennes Sophie Faucher, Geneviève Bélisle et Brigitte Paquette
ont le coeur à la fête à la Traversée de la Gaspésie.
photo : Katia Bussière

Les trois font la paire !

Par leur bonne humeur contagieuse, les comédiennes Sophie Faucher, Geneviève Bélisle et Brigitte Paquette mettent de la vie sur le bateau CTMA Vacancier.

Katia Bussière

Elles en sont à leur première Traversée de la Gaspésie. « Lors de la tournée des Huit femmes, en Gaspésie, l’an dernier, nous avons festoyé avec Claudine Roy (l’organisatrice) et nous voici ici », commente Brigitte Paquette.

Le cœur joyeux, le sourire fendu jusqu’aux oreilles, elles contribuent largement à l’animation à bord. « Lorsque nous étions pris dans les glaces, nous avons mis la main à la pâte en organisant des numéros et des activités », ajoute Geneviève Bélisle.

Chaque soir, durant 15 minutes, Sophie Faucher fait des lectures de contes pour les couche-tôt, une activité très populaire auprès des croisiéristes.

Ski de fond
Outre leurs folies sur le Vacancier, les trois mousquetaires font aussi du ski de fond. Sophie Faucher a même amélioré sa technique. « Sur le bateau, nous avons eu un cours 101 de ski de fond et de fartage. Avant la Traversée, je marchais bien en ski; maintenant, je vais enfin skier ! »

« Il y a le lièvre et la tortue. Ils peuvent bien s’agiter en avant (les skieurs experts), mais nous serons aussi à l’arrivée. On s’est entraînées mentalement et vocalement », ajoute Mme Faucher, avec tout l’humour qu’on lui connaît. Les trois amies ont parcouru une quinzaine de kilomètres, mercredi.


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive