26 janvier 2009

Les participants ont découvert Montréal en hiver

La température de samedi dernier n'a pas refroidi les ardeurs des quelque 300 participants à la Grande Traversée de la Gaspésie, qui sont notamment arrêtés au chalet du parc Therrien vers la fin de leur parcours.

Alexandre Gauthier

Pour l'occasion, ces «braves» ont enfilé leur combinaison de circonstance pour effectuer une première randonnée de 30 kilomètres le long du canal de Lachine et des berges du fleuve Saint-Laurent, dans le Pôle des rapides.

« J'ai fait la découverte de ces endroits magnifiques », s'est exclamé Victorien Beaudoin à son arrivée au chalet dans un état frigorifié. Ce résidant de Gaspé faisait partie de la soixantaine de participants provenant de cette région.

Un de ses compatriotes, Denis Allard, était surpris de la tranquillité qu'il a trouvée dans le brouhaha du Montréal médiatisé qu'il connaît. « L'environnement invitait à la détente. Ce sentier est une bonne façon d'explorer la région. J'ai particulièrement aimé observer des hérons et voir les rapides de Lachine. Le coin est définitivement une place à connaître. » Aussi amateur de raquette, M. Allard a participé à la Traversée dans un objectif de santé en plus de dépenser des calories… même s'il buvait une bière au chalet, qui, en passant, était bordé de motoneiges.

« Notre Compostelle »
Le rimouskois J.P. Langlais a tellement aimé le parcours, le sentier bien tracé et balisé, ainsi que le paysage qui s'offrait à lui, surtout au canal de Lachine, qu'il a décrit la Traversée de « Compostelle à nous, parce qu'on est sur une autre planète pendant une semaine ». Il apprécie à ce point l'événement qu'il en était à sa sixième Traversée en sept éditions.

Plus près de nous, Jacques Langevin, de Brossard, est un habitué de la piste cyclable du canal de Lachine et du Pôle des rapides, mais c'était la première fois qu'il y faisait du ski de fond. « J'ai eu davantage de temps pour apprécier l'environnement », a raconté celui qui a préféré cette journée froide à une température plus chaude, car c'est mieux pour farter les skis.

Malgré tout, le temps était propice aux engelures, dont au nez, surtout que le sentier passe aux abords de cours d'eau. « On est mieux protégé en forêt », a souligné M. Langlais.

Halte au chalet
Partis vers 9h du Square Saint-Patrick, dans le Sud-Ouest de Montréal, les skieurs ont pu s'arrêter à Lachine, LaSalle et Verdun. De la nourriture et des breuvages les attendaient au chalet du parc Therrien, en plus d'une place bien au chaud.

C'est d'ailleurs un petit groupe du Club de ski de fond de l'Université McGill qui est entré en premier, et ce, avant midi. Informé du passage de la Traversée à Montréal, le groupe a décidé de participer à l'étape locale.

Des navettes étaient prévues au chalet pour ramener les skieurs au point de départ, sinon ceux-ci pouvaient marcher jusqu'au canal et remettre les skis pour finir le parcours.

Les participants ont poursuivi leur route en bateau jusqu'en Gaspésie, en effectuant chaque fois des randonnées de ski de fond d'une quarantaine de kilomètres à Québec, Sainte-Anne-des-Monts, Chandler, Carleton, Paspébiac et Gaspé.


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive