Hiver 2007-2008

Un nouveau Harvey parmi les fondeurs d'élite

Classé numéro trois mondial au 10 km patins et numéro quatre mondial en poursuite, le fondeur Alex Harvey vise un objectif très précis : démontrer que la classe élite a une place pour lui, une place de choix.

José Antônio Pires

Alex Harvey a bien l'intention de prouver que son podium et sa quatrième place à la classique de 2007 en Italie n'étaient pas le fruit du hasard, mais le résultat d'une préparation colossale et d'un talent développé avec rigueur. C'est pourquoi il se prépare depuis l'été dernier au championnat du monde, qui se tiendra en Pologne en février 2008. Pendant sa dernière année junior, Harvey est prêt à prendre tous les moyens pour continuer sur sa lancée.

Fils du légendaire Pierre Harvey, cet athlète de 19 ans a le potentiel pour gérer deux disciplines, comme son paternel. S'il occupe une place importante dans son horaire, le vélo est cependant passé au second plan dans sa vie récemment. « J'en fais toujours, mais pour m'entraîner. J'ai longtemps jumelé le vélo et le ski de fond, mais je devais faire un choix et j'ai opté pour le ski de fond. Le vélo me sert maintenant de préparation à la saison hivernale », explique Harvey, directement de Canmore, en Alberta, où il s'entraîne régulièrement.

Pendant ses «grosses» semaines d'entraînement, le médaillé de bronze consacre près de 30 heures à la course à pied, au ski à roulettes et au vélo, ses principales activités physiques hors neige. Outre ses exploits en Italie, Harvey a aussi brillé au dernier championnat canadien qui se tenait en mars 2007 au mont Sainte-Anne à Québec, son patelin d'origine. Il a alors récolté quatre médailles d'or : le 10 km et le 30 km patins, le 15 km classique et le sprint classique.

Des rêves olympiques
Comme chez la plupart des athlètes prometteurs, le mot olympique inspire le fondeur québécois. Il est encore jeune, mais l'idée de représenter le Canada à Vancouver en 2010 lui vient parfois à l'esprit. « L'année prochaine, je serai classé senior. Je devrai affronter des athlètes qui seront à leur apogée. Habituellement, un fondeur atteint son sommet vers 25-30 ans. Je serai un peu jeune, mais bon, le développement peut varier d'un athlète à l'autre. Je ne veux pas seulement aller aux Jeux olympiques, je veux y performer », ajoute celui qui vit très bien avec le statut de fils de Pierre Harvey. « Le nom de Harvey est synonyme d'athlète d'élite pour plusieurs. Par contre, je sais que je ne suis pas dans l'équipe canadienne parce que je suis le fils de Pierre Harvey. Mon père ne m'a pas vraiment enseigné. Il m'a donné quelques trucs, mais il n'a pas de formation d'entraîneur. Il a été un athlète, pas un entraîneur. » Par ailleurs, les soeurs d'Alex, Sophie et Laurence, excellent également en ski de fond. « Ce sont des athlètes qui obtiennent des résultats tout aussi bons que les miens. »

Louis Bouchard, entraîneur du jeune Harvey ainsi que de l'équipe nationale junior et du Centre national d'entraînement Pierre Harvey à Québec, est conscient que l'étape suivante sera déterminante dans la carrière de son poulain. Le saut du niveau junior au niveau senior est grand. « Nous nous y préparons déjà, explique-t-il. Alex est très fort sur les plans technique et psychologique. C'est ce qui lui permet de se démarquer au niveau mondial. C'est pour ça qu'il est classé troisième. Il se mesure déjà aux cinq meilleurs seniors canadiens. Il a une bonne avance sur les autres. Nous nous donnons trois ans pour qu'il fasse sa marque. »


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive