22 mars 2007

Le fils de Pierre Harvey se prénomme Alex

Jean-Pierre Boisvert
Sportcom

Une récolte extraordinaire d'une médaille de bronze au 10 km libre et d'une quatrième place à la poursuite de 20 km aux mondiaux juniors de ski de fond valent à Alex Harvey le titre d'athlète de la semaine Sympatico/MSN.

À peine avait-il déposé ses valises dans sa chambre, que le jeune fondeur de Saint-Férréol-les-Neiges traversait la rue pour embarquer sur le circuit du mont Sainte-Anne, site des présents Championnats canadiens, où il a évidemment triomphé, mardi, au 10 km libre, l'une des quatre courses qui l'attendent d'ici dimanche.

« Tout était parfait pour mon séjour en Italie », a dit Alex en parlant de ses performances aux Championnats du monde juniors. « J'étais au sommet de ma condition physique et mentale, particulièrement lors de l'épreuve du 20 km qui m'a donné le plus de satisfaction personnelle, même si je n'ai pas atteint le podium. J'ai chuté à 500 m de l'arrivée, sans quoi j'aurais eu une chance pour le titre. Cette journée-là, j'étais à l'aise, dans ma zone de confort, au plus fort de ma saison c'est certain.

« Ça n'empêche pas que je suis très content de ma médaille, d'autant plus qu'on m'a dit que c'était la première médaille masculine canadienne aux Mondiaux juniors. Il me reste encore un an chez les juniors et je compte bien me préparer pour faire encore mieux la saison prochaine », de confier l'athlète de 18 ans.

Se faire un prénom
Alex, fils du célèbre Pierre Harvey, l'un des rares athlètes à avoir participé aux Jeux olympiques d'hiver et d'été, en tant que fondeur et cycliste, avait un nom avant de commencer à s'initier aux plus grandes compétitions internationales. Maintenant, il a un prénom. « Avant d'obtenir de bons résultats, on parlait de moi comme étant un athlète qui portait des espoirs, qui avait un potentiel. Aujourd'hui, je considère que ce n'est plus une simple prédiction, mais un fait. Je l'ai fait et je crois que je peux sincèrement penser que le meilleur est à venir ».

Selon le jeune fondeur, la discipline qu'il pratique voit émerger ses meilleurs athlètes entre 25 et 30 ans. « C'est un sport d'endurance. Comme tout athlète de haut niveau, je veux bien viser le podium aux Jeux olympiques et les prochains, comme on le sait, auront lieu à Vancouver en 2010. J'aurai 21 ans. Ce sera encore jeune pour espérer dominer dans le ski de fond. Mais je serai là, car toutes mes énergies seront dirigées vers la réussite d'une carrière internationale ».

Comme tous les jeunes de son âge, Alex Harvey aime se changer les idées, mais, contrairement à plusieurs, c'est en faisant ses devoirs et ses leçons que l'étudiant de deuxième année au Cégep François-Xavier Garneau réussit à décrocher du ski. « C'est drôle à dire, mais j'ai la chance de décrocher de l'école en faisant du ski. Alors, le contraire est aussi vrai.

« Bien sûr, j'aime bien sortir, jouer au hockey avec des amis, aller au cinéma. Je dirais même que ces activités font parfois partie de la récupération. Quand j'ai une grosse semaine d'entraînement, disons peut-être 25 heures, il est important de bien récupérer. Dans un sport d'endurance comme le ski de fond, il faut faire attention au surentraînement, ce qui veut dire que tu es sous-reposé. C'est alors qu'il faut faire des activités reposantes comme bien manger ou tout simplement faire une sieste ou regarder la télé. Ça prend un équilibre », explique-t-il.

Tout comme le paternel, lui et ses sœurs Sophie, 16 ans, et Lawrence, 13 ans, aiment bien troquer les skis pour le vélo en été. Tiens tiens !


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive