« Ça fesse »

Note du webmestre :
Je connais Daniel Aucoin depuis presque 20 ans alors qu'il venait de fonder l'agence DIAPO et que nous couvrions les mêmes conférences de presse du Club de plongeon CAMO, dont j'étais le webmestre, parce que ma cadette y plongeait dans le même bassin qu'Alexandre Despatie et Émilie Heymans, futurs olympiens.

Ce qui me vaut le privilège d'être sur la liste d'envoi des amis et connaissances qui reçoivent quotidiennement ses récits lorsqu'il participe à des grands Jeux, le plus souvent à titre de journaliste ou descripteur pour la télé. mais ces jours-ci il participe aux Jeux du Canada à titre de bénévole.

Extraits de ce qu'il nous faisait parvenir ce 28 février.

Après notre rencontre philosophique quotidienne de mardi soir au 702, j’ai fait une petite brassée de lavage dans le bain de la 605. Je ne comprends vraiment pas pourquoi, mais je pense que mes beaux boxers Everlast blancs sont devenus des boxers Everlast gris. C’est comme ça la vie.

Parlant de belles bobettes, j’en ai vue une pas de bobettes pantoute moé-là-là.

Le sympathique club de golf River Bend est petit et son chalet l’est tout autant. La semaine dernière, pour le biathlon, la grande salle contenait une douzaine de tables à huit chaises en plus de quatre tables rectangulaires, longeant deux murs, pour la bouffe. Ainsi aménagée, la salle était pratiquement en surcapacité quand le hasard faisait en sorte que tous les athlètes s’y trouvaient.

Cette semaine, chacune des équipes de ski de fond compte plus de membres que les équipes de biathlon et, en plus, il y a des para-athlètes en fauteuils roulants. La salle est tellement paquetée qu’on a retiré les tables rondes. On a donc un ramassis de chaises, de 1001 sacs de sports et de vêtements un peu partout.

Les athlètes de ski de fond n’ont pas la même gêne que le commun des mortels et utilisent la salle presque comme un vestiaire. C’est très agréable de voir de beaux jeunes en «chest» ou de belle jeunes en top de sport. Mais quand une belle athlète de 17-18 ans baisse ses culottes à 3-4 pieds de ta face pour changer de pantalon, c’est assez déstabilisant…

Tabaslak !

Si elle portait un string, je vous jure que la bande de tissu arrière n’était pas plus grosse qu’un fil de soie dentaire.

En bon québécois : « Ça fesse »


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles matériel et techniques mise en forme où faire du ski condition des pistes la course autres sites

skidéal
depuis plus de 20 ans