Quand ils regardent derrière, ils sont habituellement très fier

Note du webmestre :
Je connais Daniel Aucoin depuis presque 20 ans alors qu'il venait de fonder l'agence DIAPO et que nous couvrions les mêmes conférences de presse du Club de plongeon CAMO, dont j'étais le webmestre, parce que ma cadette y plongeait dans le même bassin qu'Alexandre Despatie et Émilie Heymans, futurs olympiens.

Ce qui me vaut le privilège d'être sur la liste d'envoi des amis et connaissances qui reçoivent quotidiennement ses récits lorsqu'il participe à des grands Jeux, le plus souvent à titre de journaliste ou descripteur pour la télé. mais ces jours-ci il participe aux Jeux du Canada à titre de bénévole.

Extraits de ce qu'il nous faisait parvenir ce 22 février.

Dernière journée de compétition en biathlon. Mercure à environ moins dix, mais superbe soleil, qui était parti en vacances depuis quelque jours. En prime, le vent avait décidé, lui, de prendre congé. C’était le bonheur. Cette journée nous a fait voir les objectifs et déceptions des athlètes. Leo Grandbois, de Sherbrooke, a gagné l’argent. Ça lui donne donc une semaine de deux médailles d’or et deux médailles d’argent en quatre épreuves. Malgré son succès phénoménal, il se montre déçu parce qu’il aurait pu faire mieux. Tous pareils les athlètes : très souvent déçus de leurs résultats. Souvent, même des médaillés d’or sont déçus de leurs chronos ou de leurs prestations. Mais au bout du compte, quand ils regardent derrière, ils sont habituellement très fier du processus global.

Après les courses, tous les jeunes, de toutes les provinces, mettent leurs armes et leurs skis dans les bons sacs/coffres pour ensuite les mettre dans un camion de transport. Tout un déménagement, mais une sacrée collaboration de tous. C’est beau à voir. Tout ça se passe devant la nageuse olympique Audrey Lacroix, laquelle partait en compétition avec son maillot… Pas mal moins de troubles…

- Il faut également déménager tout l’attirail du farteur Éric Gosselin. Wow ! Un vrai atelier ambulant avec 14 000 petites bouteilles de 1001 produits magiques. Une partie de son équipement prendra le chemin de la Colombie-Britannique pour une compétition en mars, tandis que le reste s’en revient au Québec. Au retour, dans mon super bolide, Éric nous explique, à Audrey et moi, son travail et les 1000 solutions essayées au cours de 30 dernières années. Fascinant ! Cette semaine, pour nos huit jeunes, il a dépensé environ 2 000 $ de produits. Et heureusement, il a de bons amis bien placés qui lui offrent des rabais (?!). Il était très fier de sa semaine, expliquant que la plupart du temps, les skis des Québécois avaient mieux glissé que ceux des autres provinces. Toute une science que le fartage. Et vous le croirez pas : il arrivera avec la délégation à Dorval samedi soir; roulera vers Québec en camionnette avec remorque et, dimanche matin, il a un contrat de fartage dans le cadre du triathlon des neiges à Québec. Je pense qu’il aime ça un ti-peu. . »


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles matériel et techniques mise en forme où faire du ski condition des pistes la course autres sites

skidéal
depuis plus de 20 ans