Kershaw dépose un message tout en or
en Coupe du Monde de ski de fond en Russie

RYBINSK, Russie- Devon Kershaw du Canada a skié dans les annales de l’histoire en tant que deuxième Canadien jamais à gagner à une épreuve de distance en Coupe du Monde, remportant la victoire à l’épreuve de départ de masse de 15 kilomètres à pas de patineur, samedi à Rybinsk, Russie.

Se débattant contre un froid féroce, le natif de Sudbury, 29 ans, a skié droit vers le plus haut rang du podium, mettant 36:47.5 à couvrir les 15 bornes.

« Il ne m’a fallu que 10 ans, mais je l’ai fait » a déclaré Kershaw. « Impossible à expliquer comment je me sens. Je suis en pleine forme physiquement. Je skie bien, mais je prends un plaisir immense à la compétition aussi. »

C’est le moins qu’on puisse dire.

Cette victoire est aussi son troisième podium consécutif, et sa deuxième visite cette semaine au cercle des médaillés et ce, après un résultat remarquable de quatrième place au classement général du Tour de Ski. Le vétéran de deux Jeux Olympiques est devenu le deuxième homme canadien à remporter une victoire de Coupe du Monde, suivant dans le tracé de Pierre Harvey, qui avait décroché trois victoires en 1987 et 1988. Kershaw et son coéquipier Ivan Babikov comptent aussi des victoires en Tour de Ski.

Justement, en parlant de Harvey, le fils de Pierre, Alex, de St-Ferréol-les-Neiges, , vainqueur de Championnat du Monde l’an dernier en compagnie de Kershaw, s’est très bien débrouillé lui aussi à cette épreuve d’aujourd’hui, se classant cinquième en 36:53.0. Babikov, de Canmore, Alta., a eu le 17e rang (37:01.1).

« Il y a tant de positifs à en tirer d’aujourd’hui » a dit Kershaw, médaillé d’or il y a treize mois dans une épreuve de sprint à pas de patineur, en Tour de Ski à Toblach, Italie. « C’est ma première victoire dans une épreuve de distance, et ça veut dire que je suis monté au podium à toutes les disciplines et à toutes les distances maintenant. »

Quoique ce soit l’un des sports olympiques les plus exigeants, à regarder Kershaw ça semble tout facile et naturel. Le Canuck dominait le peloton à tous les six tours de piste de 2,5 kilomètres en Russie, se frayant une voie en tête et prenant ensuite la décision de conserver de ses forces et laisser mener quelqu’un d’autre. Il restait 500 mètres, et la dernière colline venait d’être escaladée et c’est alors que le Canadien lâchait les chevaux et ajoutait du coup un nouveau chapitre dans l’histoire du ski de fond canadien, histoire qu’il a déjà largement changée ces deux derniers ans.

« Je suis arrivé au sommet de cette dernière colline et j’ai regardé de droite et de gauche et je me suis dit : aujourd’hui, ce sera moi » a dit Kershaw, à bord le bus vers la cérémonie des médailles au centre-ville de Rybinsk. « Je me sentais tellement confortable aujourd’hui dans le peloton. Je savais, au sommet de la colline, que j’allais gagner. C’est un sentiment de bonheur inexplicable. »

Kershaw a doublé le meneur russe IIia Chernousov, qui a fini en deuxième place en 36:48.4. L’Allemand Tobias Angerer a mis la main sur la médaille de bronze avec un temps de 36:49.1.

Kershaw et des coéquipiers avaient commencé à attirer l’attention de la nation en 2012, au Parc Olympique de Whistler, alors que tous les trois se sont classés au top-10 à l’épreuve de poursuite olympique, pour un total collectif de sept résultats top-10 au cours des Jeux. Skiant dans l’ombre du match de médaille d’or de hockey masculin, Kershaw a inscrit l’une des performances les plus courageuses dans l’histoire olympique du Canada, manquant le podium d’une fraction de seconde et finissant au quatrième rang à l’épreuve de ski classique de 50 kilomètres, le dernier jour des Jeux.

Kershaw et ses coéquipiers bâtissaient sur ce succès l’année suivante : Kershaw et Alex Harvey sont devenus premiers Canadiens à gagner une médaille d’or de Championnat du Monde à Oslo, Norvège, en 2011. Kershaw s’est montré l’un des skieurs complets les plus constants au monde par ses exploits au Tour de Ski 2011 – série d’endurance qui met à l’épreuve les meilleurs skieurs au monde, avec neuf compétitions sur 11 jours – Kershaw y a eu une médaille d’or, deux médailles d’argent et une médaille de bronze.

« Avoir une médaille à toute discipline et à toute distance de Coupe du Monde, c’est un message assez puissant » a dit Kershaw. « Cela en dit long sur les progrès réalisés sur le plan global par notre programme, la qualité de notre personnel de soutien et l’excellence des athlètes d’équipe masculine et féminine, tous et chacun. Le travail que nous avons accompli ensemble est ce dont je suis le plus fier. »

Cette médaille d’or pour Kershaw lui donne 10 médailles en carrière de Coupe du Monde, plus un titre de Championnat du Monde. C’est la septième médaille de Coupe du Monde de cette saison pour les Canadiens, incluant une médaille d’argent de la part d’Alex Harvey à l’avant-dernière épreuve de Tour de Ski.

En plus de la récolte de médailles, l’équipe canadienne se bâtit cette saison une autre passe historique, moins évidente mais tout aussi impressionnante. Collectivement, les Canucks ont mis un athlète parmi les cinq premiers à chaque événement de Coupe du Monde cette saison, incluant le classement général de Tour de Ski.

« Cela montre le niveau de qualité et d’excellence que notre équipe maintient à chaque jour » a dit Justin Wadsworth, entraîneur en chef d’équipe canadienne de ski de fond. « Pour Devon, trois podiums sur trois épreuves est assez remarquable. Nous le savions en bonne forme, mais c’est un tout autre niveau de performance. »

Kershaw et les Canadiens chercheront à prolonger leur passe dimanche à Rybinsk, dans la compétition de skiathlon.

Aucune dame canadienne ne concourait samedi.


page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive