15 mars 2012

Royal, mais trop court !

STOCKHOLM, Suède - Le roi de Suède sait bien recevoir, mais le sprint d’un kilomètre autour de son palais est trop court au goût d’Alex Harvey, qui a terminé 14e, hier à Stockholm.

« Un parcours qui dure environ 2 min 15 s, c’est fait pour des sprinters purs. Je croyais en mes chances, mais j’avoue que c’est trop court. Il faut que les autres gars soient fatigués quand on approche du finish parce que je ne suis pas assez rapide dans les derniers mètres », a avoué le skieur québécois.

Ce tracé a cependant fait le bonheur de son coéquipier d’entraînement, Len Valjas. Après sa deuxième place à Drammen, la semaine dernière, l’athlète du Centre national Pierre Harvey a pris le troisième rang dans la course ultime remportée par le Norvégien Eirik Brandsdal.

La plupart des « multidisciplinaires » comme Harvey ont passé dans le tordeur des spécialistes du sprint, favorisés par un design qui, en plus de sa courte distance, comportait deux bonnes montées. Son ami Devon Kershaw n’est pas sorti du quart de finale non plus, pas plus que Dario Cologna et les Russes Alexander Legkov et Maxim Vylegzhanin, qui devance Harvey au cumulatif de la Coupe du monde.

Un peu « plate »
« Chaque fois que je suis éliminé en quarts de finale, je trouve ça un peu "plate" », mais quand je regarde autour de moi, il y a des gars qui sont au haut du classement général et qui ont subi la même chose. Ça veut dire que je n’ai quand même pas perdu trop de points », a analysé Harvey, qui a même rétréci à 12 points son écart de Vylegzhanin et du sixième rang.

« Je n’étais pas assez vite. C’était vraiment court pour moi un sprint de 2 min 30 s ou moins. Je suis meilleur quand on tourne autour de trois minutes », faisait pour sa part Kershaw, assuré du deuxième rang au classement général.

Le premier acte de la journée annonçait ce dénouement. Les trois Canadiens engagés dans le concours ont livré de timides résultats aux qualifications, Harvey enregistrant le 13e chrono et Devon Kershaw le 20e. Même Valjas, le plus récent prototype du Centre national Pierre Harvey, a accédé aux rondes éliminatoires par la porte arrière avec sa 30e place.

Plus favorable à Falun
Ces finales de la Coupe du monde se transportent à Falun, à deux heures et demie de route au nord Stockholm. Avec le prologue de 3,3 km de demain et deux épreuves de 15 km samedi et dimanche, Alex Harvey retrouvera un environnement qui pourrait mieux lui convenir. Ç’en est fait du sprint pour cette saison et Stockholm ne lui a pas permis de laisser la meilleure impression dans ce type d’épreuve.

« Le facteur chance entre tellement en ligne de compte dans le sprint. Ça dépend comment tu te sens dans la journée et tu peux même casser un bâton ! Je me considère beaucoup plus comme un skieur de distance. C’est sûr que ça a moins bien été aujourd’hui (hier), mais je me console en me disant que je suis toujours proche », a-t-il précisé, avant de sortir son meilleur sprint de la saison pour attraper l’autocar en direction de Falun.


L’éclosion de Valjas

STOCKHOLM, Suède - Le mont Sainte-Anne est en voie de devenir une pépinière pour la Coupe du monde de ski de fond.

Il y avait déjà Alex Harvey; voici qu’il y a maintenant Len Valjas. Le Torontois d’origine, qui a choisi le Centre national d’entraînement Pierre Harvey pour lancer sa carrière, a remporté sa deuxième médaille en une semaine, hier. Après sa deuxième place à Drammen, sa médaille de bronze de Stockholm pourrait avoir convaincu l’élite internationale qu’il ne s’agit pas d’un feu de paille.

« C’est un bon feeling d’être encore sur le podium pour la deuxième fois. C’est encore plus satisfaisant parce que je ne m’y attendais pas, surtout après la façon que la journée avait commencé. J’ai le dossard numéro 30 », a exprimé l’athlète de 6 pi 6 po, après avoir reçu les félicitations d’un groupe de Québécois, dont Pierre Harvey.

Devant Harvey
Auteur du 30e chrono de la qualification, Valjas s’est tout juste qualifié pour la ronde des quarts de finale. Il a ensuite accédé à la demi-finale en creusant un écart considérable dans la dernière montée. Plus tard, il a refait le même genre de coup lors de la finale. Par ce succès, il termine au 12e rang du classement des épreuves de sprint, tout juste devant un certain Alex Harvey, 14e hier.

« J’aimerais être considéré comme l’un des meilleurs sprinters du monde, mais j’ai encore des choses à améliorer, a émis Valjas. Par contre, je suis content de la façon que je finis les courses. Je suis encore dans le coup pendant que la plupart des autres sont épuisés. »

En effet !


page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive