7 janvier 2012


La «une» du Journal du dimanche 8 janvier 2012

Alex Harvey, deuxième

Alex Harvey a réussi sa meilleure performance dans l'avant-dernière et huitième étape du Tour de ski en remportant la deuxième position à Val di Flemme, en Italie.

Piel Côté

« Pendant le tour, il y a eu des hauts et des bas, mais tout n'a jamais cliqué en même temps. Même dans les bons jours, j'avais l'impression qu'il me manquait quelque chose » a dit Harvey, qui croit cependant que la tendance s'est renversée dans l'épreuve de 20 kilomètres courue samedi.

Harvey a réussi un chrono de 1 h 1 min 3 s, une petite seconde derrière le vainqueur, le Norvégien Eldar Roenning. Dans l'élan final, Harvey a résisté aux poussées des deux hommes forts du tour, le Suisse Dario Cologna et le Norvégien Petter Northug fils.

En conférence téléphonique, Harvey a affirmé qu'il a pu conserver de la puissance en fin de parcours, car il était demeuré humble dans les sprints de bonification.

« Je n'ai pas explosé et j'ai conservé mon énergie », a dit celui qui a tout de même mis la main sur 27 secondes de bonification.

Grâce à cette performance, Harvey, qui était neuvième au classement général avant cette épreuve, occupe maintenant le sixième rang, une seconde derrière le Tchèque Lukas Bauer. Quant au Canadien Devon Kershaw, il a conclu l'épreuve au sixième échelon. Il est donc toujours quatrième au classement général.

Marcus Hellner, 11e à Val di Flemme, a toutefois profité des sprints intermédiaires pour s'emparer de la troisième place au général, mais il ne possède qu'une seconde d'avance sur Kershaw.

Congé salutaire
Aux prises avec des raideurs dans le bas du dos, Alex Harvey a pleinement profité de sa journée de repos entre la septième et la huitième étape pour reprendre du poil de la bête.

« Le congé a permis à mon corps de prendre le dessus », a-t-il signalé.

Celui-ci a profité des services de physiothérapie et de massage pour se remettre sur pied.

« Pendant la course, je me sentais à 100 % », a-t-il fait savoir.

Étape ultime
Dimanche, Harvey et Kershaw prendront le départ de l'étape ultime, une course de neuf kilomètres en poursuite. Pour Harvey, la stratégie sera de suivre Lukas Bauer et de ne surtout pas lui offrir un support pour rejoindre la quatrième position, détenue par Kershaw.

« Je vais rester derrière dans les cinq premiers kilomètres », a-t-il dit avec l'espérance d'économiser de l'énergie sur le plat.

S'ensuivra une grosse montée dont Bauer a le secret.

« C'est un bon grimpeur et il a de bonnes chances de gagner l'étape », a pronostiqué Harvey.

Ce dernier n'écarte pas l'idée de se frayer un chemin dans le top 3 pour la deuxième journée de suite, mais il est bien conscient de la difficulté de l'épreuve.

« Ça prendrait une journée magique pour aller sur le podium », a-t-il convenu.


page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive