6 octobre 2011

Alex Harvey vise un top 5

La communauté internationale du ski de fond l’a accepté au sommet de sa hiérarchie; Alex Harvey entend maintenant lui signifier son intérêt à remporter un jour le Globe de cristal.

La coqueluche canadienne donnera des airs de laboratoire à sa prochaine saison en Coupe du monde. Un calendrier sans Jeux olympiques ni championnat du monde se prête à des expériences, ce à quoi s’appliquera Harvey en disputant le maximum d’épreuves pour amasser le maximum de points et ainsi mesurer l’ampleur de la commande qui attend tout prétendant au premier rang du classement final de la Coupe du monde.

Avant de penser régner sur le peloton, accéder au top 5 s’avère pour lui raisonnable si tous les rendez-vous à son agenda procurent les résultats escomptés.

« Oui, les autres ont progressé depuis l’an passé, mais ils sont tous âgés de plus de 25 ans. Moi, je pense avoir encore beaucoup de place pour avancer dans ma carrière », affirme Harvey, qui a fêté ses 23 ans le mois dernier.

Connaître l’écart
Plus question, donc, de renoncer à cinq week-ends de courses, comme il l’avait fait l’an dernier. Compte tenu de sa progression marquante la saison dernière, faire l’impasse sur certaines épreuves pourrait l’avoir privé de précieux points. Harvey a terminé l’année au 10e rang du classement général, à quelques souffles de son coéquipier Devon Kershaw, huitième.

Cette fois-ci, le Québécois s’envolera pour la Norvège, le 5 novembre, où il lancera sa saison deux semaines plus tard, et ne reviendra au pays que pour les championnats canadiens, du 17 au 24 mars, au Mont-Sainte-Anne. Après le populaire Tour de Ski, du 29 décembre au 8 janvier, il filera vers l’Estonie et la Russie, où il ajoutera cinq rendez-vous à son calendrier, du 21 janvier au 5 février.

« On ne dit pas qu’on veut gagner le Globe. On dit qu’on veut connaître l’écart qui nous manque pour le gagner un jour », précise son entraîneur, Louis Bouchard.

Un groupe
Le programme d’entraînement a été élaboré avec comme objectif premier le Tour de Ski, mais aussi dans le souci de pouvoir absorber quatre mois intenses en courses. La polyvalence de Harvey l’autorise à s’investir à fond dans ce type d’entreprise puisqu’il appartient à un groupe sélect d’une douzaine de fondeurs à l’aise autant dans les épreuves de sprint que de distances.

« Petter Northug (2e au classement final) est le seul dont on pense qu’il ne participera pas à toutes les courses. Après le Tour de Ski, on croit qu’il pourrait prendre un repos pour mieux préparer le reste de la saison », avance Bouchard, convaincu qu’il s’agit de la saison idéale pour voir où se situe son protégé dans la haute gomme de son sport.

Pour l’instant, Alex Harvey considère son 10e rang révélateur de sa valeur. Mais que dit sa boule de cristal à propos du convoité Globe ? « Dans deux ou trois ans, je pense qu’il serait raisonnable d’y penser », se surprend à rêver le champion du monde chez les moins de 23 ans.


page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive